Ecoutez Radio Sputnik
    La Maison-Blanche, Etats-Unis

    Moscou fatigué des mensonges US sur les hackers russes

    © Sputnik. Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)
    53876

    Apparemment, l’équipe du président sortant Barack Obama n’a pas l’air de vouloir finir le mandat présidentiel en beauté en renonçant à l’apaisement des tensions entre la Russie et les États-Unis.

    L'administration du président américain sortant Barack Obama ne perd pas espoir d'arriver à faire quelque chose de mal pour le partenariat avec la Russie, qu'elle avait déjà détérioré, a déploré Maria Zakharova, la porte-parole de la diplomatie russe, dans un communiqué publié sur le site officiel du ministère.

    « À vrai dire, nous sommes fatigués des mensonges sur les "hackers russes", qui sont déversé par des hauts-fonctionnaires des États-Unis. Cela fait déjà six mois que l'administration Obama a lancé cette désinformation visant à donner des armes à un candidat à la présidence qui lui était utile » a lancé M. Zakharova.

    Selon elle, après l'échec de cette initiative, l'équipe du président sortant cherche à se justifier face à un tel couac, se vengeant sur le partenariat entre Washington et Moscou.

    « À l'aide de fuites volontaires d'informations vers des médias américains, ils s'efforcent de nous faire peur d'une amplification des sanctions antirusses, par le recours à des mesures "diplomatiques" jusqu'à des piratages de nos systèmes informatiques », a indiqué la porte-parole.

    Ce petit cadeau de Noël, l'équipe de Barack Obama essaye de le présenter comme une riposte à des soi-disant « cyberattaques en provenance de Moscou ».

    « Par contre, la vérité sur cette provocation, orchestrée par la Maison Blanche, verra bientôt le jour. C'est même le cas maintenant », a prévenu Maria Zakharova, rappelant les paroles de Brian Kemp, secrétaire de l'État de Géorgie qui avait affirmé le 8 décembre dernier que les cyberattaques sur le système de dépouillement du scrutin étaient venues depuis une adresse électronique du ministère américain pour la Sécurité intérieure.

    Cette révélation a été vite mise au second plan par des accusations arbitraires contre Moscou.

    Pour Maria Zakharova, de nouvelles sanctions antirusses ne resteront pas sans réponse, particulièrement en ce qui concerne le sort des corps diplomatiques de la Russie aux États-Unis.

    « Peut-être, l'administration Obama en a déjà marre du partenariat entre les deux pays, mais il semble que l'histoire mondiale ne lui pardonnera pas ce comportement du style "après nous, le déluge" ».

    Le 29 décembre, la Maison Blanche a expulsé 35 diplomates russes et a fermé deux missions diplomatiques. Le président américain Barack Obama a qualifié les diplomates expulsés d'agents secrets.

    Plusieurs des 17 services de renseignement américains avaient antérieurement affirmé que des hackers russes avaient attaqué les sites d'organisations politiques américaines pendant la campagne présidentielle aux États-Unis pour aider le milliardaire Donald Trump à remporter l'élection.

    Le directeur du FBI James Comey n'a pas soutenu ces accusations.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)

    Lire aussi:

    Cyberattaques: Trump s’exprime sur les possibles sanctions contre la Russie
    Avant de partir, Obama fait un dernier cadeau à la Russie
    Équipe de Donald Trump: la Russie ne fait plus partie des priorités de la défense US
    Tags:
    mensonge, mission, piratage, cyberattaque, administration, Présidentielle américaine 2016, présidence américaine, James Comey, Barack Obama, Maria Zakharova, États-Unis, Washington, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik