Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    Trafic d'organes à Alep: 48 euros pour un mort, 278 euros pour un blessé

    © REUTERS / Abdalrhman Ismail
    International
    URL courte
    40472

    Profitant de la situation géographique de la ville d'Alep, située à proximité de la frontière turque, les djihadistes y avaient un organisé un vaste trafic d'organes humains.

    La libération d'Alep a permis de confirmer l'existence d'un important réseau de trafic d'organes monté par les djihadistes, qui faisaient passer ces derniers à travers la frontière turque. Des «  ambulances  » appartenant aux djihadistes circulaient en ville à la recherche de patients potentiels.

    Abu Mohammed, âgé de 60 ans, patient d'une de ces «  ambulances  », raconte à l'agence Sputnik:

    «  Nous avons essuyé des tirs au lance-grenade. L'ambulance des djihadistes est arrivée tout de suite après. Résultat  : on m'a volé un rein et une partie de ma rate. D'habitude, cela se passait de la façon suivante  : si une détonation se faisait entendre dans la ville, une équipe de djihadistes était immédiatement dépêchée dans la région afin de récupérer les morts et les blessés. Au bout d'un certain temps, plusieurs blessés étaient autorisés à rentrer chez eux  », a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Selon une autre habitante d'Alep, Alya, un vaste marché a été organisé près de la frontière turque.

    «  Dans ce marché on peut acheter pratiquement tout, dont des femmes et des enfants. Un mort y coûte 25  000 livres syriennes (48 euros), alors qu'un blessé est vendu trois fois plus cher, à 150  000 livres (278 euros). Chaque jour, les hôpitaux se remplissent de blessés qui sont considérés comme une source d'organes  », a confié Alya à l'agence Sputnik.

    Un groupe d'experts médico-légaux a déclaré à l'agence qu'il était très facile de se procurer des organes humains en ville. Des étrangers venus en ville sous couvert d'aide humanitaire étaient en réalité des membres de la mafia qui, d'un commun accord avec des médecins étrangers, volaient des organes humains et les faisaient passer par la frontière turque.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Moscou promet de rendre publics les crimes commis par les terroristes à Alep
    Alep: des charniers de civils découverts dans des quartiers libérés des combattants
    Arménien d’Alep: «Regardez ce qui arrive quand vous les appelez "rebelles"»
    Tags:
    trafic d'organes, Etat islamique, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik