Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Trump verra si les sanctions antirusses sont proportionnelles

    © Flickr/ Gage Skidmore
    International
    URL courte
    Expulsion des diplomates russes des USA (28)
    25362
    S'abonner

    Suite à l’introduction de nouvelles sanctions antirusses, le président élu américain rencontrera les renseignements US pour obtenir plus de détails sur les présumées attaques informatiques «russes» et évaluera ainsi si les mesures de rétorsion mises en place par l’administration Obama sont pertinentes et proportionnelles.

    Le futur porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer considère que les nouvelles sanctions antirusses décrétées par Washington suite à la soi-disant implication de la Russie dans des cyberattaques ne sont pas une mesure proportionnelle.

    « Je pense que nous devons répondre à la question : "Pourquoi une telle envergure ?". 35 personnes sont expulsées, deux sites sont fermés, est-ce une réponse proportionnelle ? », s'est-il interrogé dans une interview à la chaîne ABC News.

    Et de rappeler que lorsqu'en 2015 des hackers chinois auraient eu accès aux systèmes de l'Office of Personnel Management (OPM), qui gère les effectifs du gouvernement US « rien de tel ne s'était produit ».

    « La Chine a alors fait quelque chose de flagrant, mais la Maison-Blanche n'a entrepris aucune mesure publique et même aucune déclaration (officielle, ndlr) n'a suivi. Tout ce qu'ils ont fait c'est d'envoyer des lettres à des membres du gouvernement. Aucune mesure n'a alors été entreprise contre la Chine », a fait remarquer M. Spicer.

    « La question est de savoir s'il s'agit d'un châtiment politique ou d'une réponse diplomatique », a-t-il indiqué.

    Sean Spicer a en outre pointé que le président élu américain voulait que les renseignements US lui livrent des informations sur les attaques informatiques et ce peur évaluer la pertinence des sanctions adoptées.

    « Le président élu doit rencontrer la semaine prochaine les représentants des renseignements et recevoir toutes les informations sur ce qu'ils savent et d'où ils l'ont appris », a-t-il expliqué.

    L'administration sortante américaine a adopté jeudi de nouvelles sanctions contre la Russie, accusant les services secrets russes et plusieurs individus d'ingérence dans la présidentielle américaine par le biais d'attaques informatiques.

    Le Kremlin a considéré ces mesures comme « un acte d'agression de la part de personnes qui doivent quitter leurs postes dans trois semaines », en allusion à l'administration Obama. Le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a promis que Moscou prendrait des mesures en réponse aux actions américaines.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a proposé au président Poutine d'expulser 31 employés de l'ambassade des États-Unis à Moscou et quatre employés du consulat américain à Saint-Pétersbourg, une initiative déclinée par le chef d'État. Refusant de répondre « œil pour œil, dent pour dent », M. Poutine a même invité les enfants des diplomates américains à participer aux festivités de fin d'année organisées au Kremlin.

    Pour rapatrier les membres de la mission diplomatique russe, un avion spécial appartenant à la Gestion des affaires du président a été envoyé aux États-Unis.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Expulsion des diplomates russes des USA (28)

    Lire aussi:

    Moscou: les sanctions US visent les enfants des diplomates russes
    Wikileaks: les nouvelles sanctions US violent la Convention de Vienne
    «Canard boiteux» et «perdants politiques»: la diplomatie russe réagit aux sanctions US
    Tags:
    expulsions, diplomates, cyberattaque, sanctions, présidence américaine, Sean Spicer, Donald Trump, Chine, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik