Ecoutez Radio Sputnik
    La cybercriminalité

    L’outil des «hackers russes» présenté par les USA est un logiciel ukrainien tout public

    CC0 / PIxabay
    International
    URL courte
    839007784

    Le gouvernement américain a présenté son rapport sur le piratage russe de l’élection présidentielle 2016. Il ne contient aucune donnée valide, mais présente des logiciels malveillants PHP obsolètes qui sont publiquement disponibles et semblent provenir d'un groupe de hackers ukrainiens.

    L'histoire des « hackers russes », lesquels auraient soi-disant influencé l'élection présidentielle américaine, est allée trop loin, écrit le chroniqueur du site Bloomberg Leonid Bershidsky.

    Le récent rapport du gouvernement américain qui prétend présenter les détails techniques des piratages qui auraient été effectués par le renseignement russe est loin de prouver quoique ce soit.

    De plus, de telles révélations, si elles ne portent pas préjudice à la Russie, sont potentiellement dangereuses pour un certain nombre d'individus et d'organisations.

    Le rapport conjoint du ministère de la Sécurité intérieure et du Bureau fédéral des enquêtes crée des possibilités infinies pour les opérations false flag que la Maison Blanche promet d'attribuer automatiquement à la Russie.

    Il n'y a pas de preuves concrètes sur l'implication des pirates russes dans les élections américaines dans ce rapport, qui inclut des adresses IP sans lien clair avec la Russie. Au contraire, on y trouve des indices qui permettraient d'innocenter la Russie et de fermer définitivement le chapitre nauséabond des prétendues activités du « cyber-renseignement russe ». De fait, le document décrit le logiciel malveillant Web Kit PAS Tool PHP.

    Or, les experts en cybersécurité de l'entreprise Wordfence ont annoncé que ce programme était disponible gratuitement sur Internet et ont découvert qu'il avait été créé en Ukraine. Ce programme est très populaire et utilisé par des pirates informatiques dans le monde entier. De plus, la version mentionnée dans le rapport américain est obsolète.

    « Il est raisonnable de supposer que les agents de renseignement russes ont leurs propres outils, ou au moins utilisent un logiciel moderne provenant de sources tiers », a estimé le chef de Wordfence Mark Maunder dans un article sur le site de l'entreprise.

    Cependant, le chroniquer de Bloomberg souligne que les pirates peuvent utiliser des outils différents s'ils sont conforment à leurs objectifs.

    Mais le gouvernement américain, en associant le logiciel Web Kit PAS Tool PHP aux pirates russes, a ouvert la voie aux cybercriminels du monde entier qui pourraient l'utiliser pour faire passer leurs actions pour de l'activité du renseignement russe.

    « La communauté du renseignement américain se donne en spectacle sous la pression politique de l'administration sortante et de certains des "faucons" du Congrès. Elle doit cesser de le faire. Il est impossible de blâmer quelqu'un pour des cyberattaques sur la base d'un logiciel et d'adresses IP librement utilisables », a-t-il conclu.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Lire aussi:

    Les «hackers du Kremlin» s'attaquent... à un fournisseur d'électricité US!
    Hackers russes, systèmes électoraux US… Mais qui a orchestré le scandale?
    Moscou s’arme contre les hackers
    Après les hackers, la Russie attaque Washington avec ses trolls
    Tags:
    cyberattaque, renseignement, hackers, Maison blanche, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik