Ecoutez Radio Sputnik
    L'UE lance un site pour dévoiler la propagande du Kremlin

    Reconnaissante pour les «bons conseils», la Russie s’en passe

    © AFP 2019 Kirill Kudryavtsev
    International
    URL courte
    931328
    S'abonner

    Même dans le contexte actuel de l’effondrement de l’économie russe, le Kremlin gaspille des millions de dollars dans le financement de ses «instruments de propagande», dont la soi-disant agence d’information Sputnik, «déplore» la presse compatissante en France. L’hypocrisie a-t-elle ses limites?

    Alors que l'économie russe est « en pleine déconfiture », les autorités russes dépensent des millions de dollars pour financer leurs médias de propagande, notamment l'agence « d'information » Sputnik, prétendent certains politiciens et journalistes en Europe, appelant à « résister à la guerre hybride menée par Poutine contre l'Occident ».

    « À travers ses sites de désinformation et ses cyberattaques, la Russie cherche à saper la confiance des Européens en la démocratie » sans se soucier du bien-être de sa propre population, mais, envers et contre tout, le Kremlin obtient le résultat escompté, affirment-ils.

    En 2016, le PIB de la Russie n'a diminué que de 0,5 %, alors qu'on attend un retour de la croissance en 2017. Si c'est cela l'« effondrement total » de l'économie qui doit contraindre la Russie de renoncer à soutenir ses médias nationaux, il pourrait être intéressant de se pencher sur la situation dans les pays occidentaux, notamment en France, où les autorités aiment tant se préoccuper des problèmes d'autrui.

    En 2009, l'économie française a chuté de 2,9 %. La France a-t-elle alors refusé de subventionner ses émissions vers l'étranger, que ce soit RFI, France 24 ou TV5 Monde ? En 2016, la croissance économique française sera de 1,2 à 1,3 %. C'est sans doute encouragée par ses indicateurs « optimistes » que la France a décidé de créer, en plus de France24, financé à 100 % par l'État, une nouvelle chaîne de télévision baptisée France Info, financée elle aussi par les deniers publics.

    « Le magazine Time a eu tort de nommer Trump personne de l'année. De toute évidence, ce fut l'année du président russe, Vladimir Poutine. L'attaque contre les États-Unis pourrait annoncer davantage d'ingérence dans les élections en Europe, où les autorités se sont lancées dans une course contre la montre destinée à contrer les cyber¬opérations russes avant une série d'élections importantes en 2017, notamment aux Pays-Bas, en Allemagne et en France », met en garde le président de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, Guy Verhofstadt.

    On dit que la peur déforme la perception que l'on a du réel, mais on se demande en réalité s'il s'agit bien d'une peur effective ou d'une simple simulation destinée à induire en erreur l'opinion.

    « Résistons à la guerre hybride que Poutine mène contre l'Occident », appelle M. Verhofstadt, mais on se demande s'il y croit lui-même.

    Il est en effet si facile et à la fois tentant de rejeter sur autrui la responsabilité pour ses propres erreurs et d'accuser, par exemple, la Russie de tous les maux. Mais s'il arrive qu'un jour, les gens, las de ces contes à dormir debout, ne donnent plus aucun crédit aux médias, subventionnés d'ailleurs à partir de leurs impôts, qu'adviendra-t-il alors ?

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Sputnik et RT, des agents étrangers? La rédactrice en chef de RT riposte
    Article sur Sputnik et RT: le Washington Post avoue la non-fiabilité de ses sources
    La «propagande russe», cette vérité qui gêne la classe politique européenne
    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Tags:
    agence, médias français, propagande, Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ALDE), Kremlin, Sputnik, Guy Verhofstadt, Vladimir Poutine, Europe, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik