International
URL courte
13231
S'abonner

Plus de la moitié des femmes allemandes constatent une dégradation de la situation sécuritaire dans leur pays et envisagent des mesures afin de réagir aux agressions sexuelles.

Plus de la moitié des femmes habitant en Allemagne sont convaincues que le pays n'est plus aussi sûr qu'avant, selon un sondage effectué par l'institut d'opinion publique Emnid à la demande du quotidien allemand Bild.

D'après le sondage, 58 % des femmes estiment que la fréquentation des lieux publics est plus dangereuse qu'auparavant. Pour 31 % des femmes, la situation n'a pas changé alors que 10 % d'entre elles pensent que l'Allemagne est même devenue plus sûre pour les femmes.

Il est à noter que près de la moitié des sondées (52 %) préfèrent éviter certains lieux proches de leur domicile après la tombée de la nuit. 16 % des femmes allemandes ont toujours un spray au poivre avec elles. Une femme sur deux envisage d'en acheter.

Le scandale survenu dans la nuit du 1er janvier 2016 à Cologne, lorsque des centaines de femmes avaient été agressées par plusieurs dizaines de migrants, a profondément choqué l'opinion allemande et nourri les critiques envers la politique migratoire « généreuse » de la chancelière Angela Merkel et l'inaction de la police. Par la suite, un rapport de la police allemande a précisé les chiffres concernant les crimes sexuels, faisant état de 1 200 femmes victimes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Harcèlements de Cologne: Pegida prépare une réponse
Après Cologne, les Allemandes apprennent à frapper les points sensibles
Plus de 500 plaintes enregistrées après les agressions de Cologne
Tags:
femmes, sécurité, sondage, Europe, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook