Ecoutez Radio Sputnik
    Chef de la CIA «largement responsable du chaos» en Syrie, pas la Russie

    Chef de la CIA «largement responsable du chaos» en Syrie, pas la Russie

    © REUTERS / Omar Sanadiki
    International
    URL courte
    321093
    S'abonner

    L’engagement de la Russie dans le conflit syrien a été pensé afin de soutenir le règlement de la crise et d’apporter de l’aide humanitaire aux civils, a annoncé le législateur Dmitri Novikov à RIA Novosti après que le chef de la CIA John Brennan a accusé Moscou d’avoir utilisé «la politique de la terre brûlée» dans ce pays en guerre.

    « La Russie n'a jamais utilisé de telles méthodes. Notre but n'est pas de prendre le contrôle de la Syrie, mais d'apporter un soutien dans le règlement du conflit syrien. Contrairement aux États-Unis, les troupes russes se trouvent temporairement sur le territoire syrien suite à la demande du président du pays dûment élu », a déclaré M. Novikov.

    Le premier vice-président du Comité de la Douma d'État pour le Affaires étrangères Dmitri Novikov a souligné que « le règlement syrien visait à protéger le pays de pires scénarios. Il ne s'agissait pas d'une "politique de la terre brûlée" ».

    Et de poursuivre :

    « Il s'agit de la lutte contre les terroristes et de la défense des civils. Voici pourquoi l'aide militaire de l'armée syrienne est accompagnée par des missions humanitaires de notre part. C'est là que réside la position de la Fédération de Russie ».

    M. Novikov a également souligné que la présence militaire des États-Unis « provoque de graves conséquences, dont la situation actuelle en Libye en est l'exemple parfait ».

    Récemment le directeur de la CIA, John Brennan, a accusé la Russie d'avoir utilisé « une politique de la terre brûlée » en Syrie. Selon le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, Washington essaie ainsi de couvrir ses arrières pour l'avenir, se rendant compte que les États-Unis seraient bientôt jugés responsables pour les actes de la coalition. Igor Konachenkov a rappelé que « la coalition internationale, dirigée par Washington, avait méthodiquement détruit l'infrastructure syrienne, depuis 2012, afin d'affaiblir son gouvernement légitime, et ce, en dépit de la menace pour la population civile ».

    Il est à noter que selon l'ancien officier de la CIA Ray McGovern la crédibilité de M. Brennan est « assez basse » :

    « Brennan est largement responsable du chaos en Syrie », a-t-il affirmé. « Lui et le secrétaire à la Défense Ashton Carter étaient contre le cessez-le-feu. Ashton Carter a envoyé ses avions afin de faire échouer le cessez-le-feu qui a été négocié entre (le secrétaire d'État des États-Unis John, ndlr) Kerry et (le ministre russe des Affaires étrangères Sergeï, ndlr) Lavrov en septembre. Donc, pour Brennan verser des larmes de crocodile, saurais-je le dire, donne à l'hypocrisie un mauvais nom », a-t-il déclaré à la chaîne RT.

    Auparavant, Vladimir Poutine avait annoncé la signature de trois documents relatifs aux efforts de paix en Syrie. Le premier, entre le gouvernement et l'opposition syrienne, introduit un cessez-le-feu sur le territoire syrien. Le deuxième prévoit une série de mesures destinées à contrôler le respect du cessez-le-feu. Le troisième, enfin, annonce la volonté des parties d'entamer des négociations de paix concernant le règlement de la crise syrienne.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Obama convaincu que l’approche des USA en Syrie est la meilleure
    Kremlin: la décision des USA d’envoyer des armes en Syrie est une menace globale
    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Tags:
    défense, terrorisme, Douma d'État, Vladimir Poutine, Igor Konachenkov, John Brennan, Libye, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik