International
URL courte
12653
S'abonner

Le journal américain The Washington Post a d'abord succombé à l'hystérie médiatique autour des prétendues attaques des «hackers russes», et voici le résultat: deux journalistes fustigent à présent le quotidien qu'ils accusent de fausses histoires.

Est-il temps de choisir entre l'intox et la vérité ? Au cours des six dernières semaines, le Washington Post a publié deux histoires qui se sont révélées entièrement fausses, l'une concernant les Russes (bien sûr, qui d'autre !) piratant le réseau électrique américain du Vermont et l'autre concernant la Russie lançant une opération d'intox qui a exposé 200 millions de personnes à la propagande russe.

Vendredi, lors de l'émission « Tucker Carlson Tonight », le présentateur Tucker Carlson et son invité, le journaliste de The Intercept Glen Greenwald, ont reproché au Washington Post leur récent recours à des fakes.

« L'histoire vient de s'effondrer une étape après l'autre dans la plus grande humiliation possible », a déclaré M. Greenwald après avoir donné des explications sur la fausse information du Post consacrée au piratage d'un fournisseur électrique.

« C'est vraiment embarrassant », a répondu le présentateur, cité par le magazine Rare. « Je parie qu'ils ont dû corriger la Une, et l'éditeur Marty Baron a dû apparaître à la télévision pour s'excuser. C'est ce qui s'est passé ? »

L'invité a ironisé en précisant que le Post avait fait « une deuxième énorme bourde au cours des six dernières semaines. » Il a ensuite expliqué l'autre fake créé par le journal et a déclaré que le retrait du papier avait été perçu par une « infime partie des gens ».

Ensuite, les deux interlocuteurs ont discuté de la manière dont les gens, qui sont sceptiques au sujet des prétendues attaques des « hackers russes », sont souvent condamnés comme étant sympathisants russes.

« En fait, vous venez d'apprendre que le rapport publié aujourd'hui n'était qu'une autre série de conclusions révisées du Comité du renseignement, peut-être vraies ou non, mais qui n'étaient absolument pas accompagnées par des preuves », a déclaré M. Greenwald. « Nous ne devrions pas accepter les allégations du gouvernement quand elles ne sont pas accompagnées de preuves, c'est vrai, surtout quand les conséquences sont si grandes », a-t-il conclu.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Article sur Sputnik et RT: le Washington Post avoue la non-fiabilité de ses sources
Le Washington Post corrige un article sur une prétendue «cyberattaque russe»
Le Washington Post «richement récompensé» pour des fakes sur la menace russe
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
désinformation, faux, hackers, Washington Post, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook