Ecoutez Radio Sputnik
    Le fourgon de Wikileaks

    WikiLeaks ne publiait pas exprès des révélations sur les républicains? Faux, dit Assange

    © Flickr / Chris Wieland
    International
    URL courte
    2200
    S'abonner

    Lors de la conférence de presse de WikiLeaks qui s'est tenue aujourd'hui, Julian Assange a catégoriquement réfuté l'allégation selon laquelle le site n'avait pas publié volontairement des informations révélatrices sur le Parti républicain américain.

    À la question de savoir si l'organisation n'avait pas publié volontairement des révélations sur les républicains, le fondateur de WikiLeaks a rejeté toute allégation de la sorte.

    « C'est faux, c'est absolument faux », a déclaré Julian Assange.

    Le but principal de WikiLeaks était de publier des informations gouvernementales, y compris des documents du département d'État. Vu qu'Hillary Clinton était à la tête du département entre 2009 et 2013, il n'est pas étonnant que les publications de l'organisation concernent dans une certaine mesure Mme Clinton elle-même.

    Quant au rapport du renseignement américain sur les cyberattaques des « hackers russes », sa publication visait apparemment à justifier l'échec de la candidate démocrate, a estimé M. Assange.

    « Leur objectif est évident. Le Parti démocrate avait besoin de quelqu'un sur qui se défausser pour son échec à la présidentielle ».

    De même, les auteurs du document tentaient de remettre ainsi en cause la légitimité des résultats de l'élection. M. Assange n'a d'ailleurs pas exclu que les démocrates poursuivent ces tentatives lors du mandat de Donald Trump.

    Le rapport préparé par la CIA, le FBI et la NSA et dont la version abrégée a été publiée le 6 janvier, affirme que le président russe Vladimir Poutine en personne a donné l'ordre de lancer une campagne visant à influer sur le processus politique aux États-Unis et à discréditer la candidate démocrate Hillary Clinton. Le renseignement accuse notamment la Russie d'avoir piraté les sites du Parti démocrate, et ce tout en refusant de fournir les preuves en raison du « caractère secret » du document.

    En cela, les conclusions du renseignement américain sur les « opérations secrètes russes pour miner l'élection » se révèlent basées sur des sources telles que des reportages de la télévision russe ou les réseaux sociaux. Pratiquement la moitié du rapport est consacrée à la chaîne de télévision russe RT et à l'agence de presse Sputnik.

    Certaines informations appelées à appuyer leurs dires datent d'il y a cinq ans.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Un journal allemand dévoile le salaire des hackers russes
    Le rapport US «amateur» sur les hackers russes ressemble à une «chasse aux sorcières»
    Les services secrets US attribuent des adresses aléatoires sur Tor aux «hackers russes»
    Rencontre Trump-renseignement US: pas d'influence des hackers russes sur la présidentielle
    Tags:
    rapport, révélations, hackers, Parti démocrate des Etats-Unis, Parti républicain des Etats-Unis, WikiLeaks, Donald Trump, Hillary Clinton, Julian Assange, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik