International
URL courte
515112
S'abonner

Les navires de guerre du Royaume-Uni s’apprêtent à accompagner le porte-avions russe Amiral Kouznetsov qui, revenant de Syrie, passera non loin des côtes écossaises.

Les bâtiments de guerre britanniques accompagneront le porte-avions lance-missiles lourd Amiral Kouznetsov. Revenant de Syrie, le navire russe passera à proximité des côtes écossaises, explique le journal britannique Telegraph.

Le général-major Igor Konachenkov a auparavant déclaré que depuis le 6 janvier, les navires de la Flotte russe du Nord revenaient à la base opérationnelle permanente de Severomorsk, dans le Nord-ouest russe.

Le porte-avions lance-missiles lourd Amiral Kouznetsov et plus de 40 avions de l'aviation navale, qui regagnent la Russie, ont participé à la lutte antiterroriste en Syrie.

Des navires de patrouille ainsi que des sous-marins britanniques, appuyés par leurs alliés de l'Otan, suivent très attentivement les déplacements des navires russes, souligne le média.

D'après les déclarations de Philip Jones, le chef d'état-major de la marine britannique, la Royal Navy doit faire face au plus haut niveau d'activité de la marine russe depuis la fin de la Guerre froide.

Néanmoins, la présence de la flotte russe est beaucoup moins préoccupante que l'activité accrue des sous-marins russes dans les eaux du nord de l'Écosse a expliqué au Telegraph une source proche du dossier.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

L'aviation russe embarquée a détruit 1.252 cibles terroristes en Syrie
Moscou entame la réduction de ses effectifs en Syrie
La fête à bord: l'Amiral Kouznetsov célèbre le Nouvel An en pleine mer
Tags:
marine, Admiral Kouznetsov (porte-avions), Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook