Ecoutez Radio Sputnik
    John Kerry et Barack Obama

    Au Vietnam, John Kerry a mis fin à l’initiative asiatique d'Obama

    © AP Photo / Andrew Harnik
    International
    URL courte
    14222
    S'abonner

    Le secrétaire d'État américain John Kerry a visité récemment le Vietnam. C’était non seulement sa dernière visite dans le pays en tant que chef de la diplomatie US, mais l'événement qui, en fait, a fermé l’«initiative asiatique» de l'administration de Barack Obama.

    À la fin de la semaine dernière, John Kerry, le secrétaire d'État américain, a passé deux jours au Vietnam en visite officielle. Selon Anton Tsvetov, expert russe du Centre de recherches stratégiques, elle a été une visite symbolique pour l'équipe diplomatique de l'administration du président sortant, Barack Obama.

    Le Vietnam, où Kerry a dit au revoir à sa direction asiatique de son mandat en tant que secrétaire d'État, peut être considéré comme un projet réussi de la diplomatie américaine, étant donné l'histoire des relations bilatérales.

    « Au cours des deux mandats d'Obama, le Vietnam est devenu un grand marché d'exportation pour les États-Unis, l'embargo sur les livraisons d'armes létales a été levé, et la Maison Blanche a accueilli le secrétaire général du Parti communiste du Vietnam, ayant en fait reconnu le leadership du Parti communiste dans la société vietnamienne », a expliqué l'expert.

    Il a également souligné que les États-Unis continueraient de maintenir de bonnes relations avec le Vietnam, car ce dernier est un élément de la dissuasion de la Chine, tandis que Hanoï accepterait avec plaisir cet intérêt jusqu'à ce que les tensions de la Chine avec le reste de la région prennent fin.

    Alors que beaucoup dans l'équipe du président élu Donald Trump critiquent activement M. Obama pour sa politique asiatique faible et frustrante, l'analyste a noté qu'il était impossible d'ignorer l'ambition avec laquelle l'administration démocrate s'est saisie de la direction asiatique.

    « En Asie du Nord-Est, pendant ses deux mandats, Obama a réussi à mettre à jour les principes de base de l'alliance avec le Japon et de ne pas perdre la dynamique positive des relations avec la Corée du Sud. C'est l'"exportation" de l'incertitude du côté de Pyongyang qui a considérablement contribué à ce succès », a déclaré M. Tsvetov.

    Dans le même temps, l'expert russe a déclaré que dans le sud-est la situation s'était développée de manière moins favorable pour M. Obama :

    « Le précédent président philippin, Benigno Aquino III a signé un nouveau traité d'alliance (EDCA), qui prévoit le déploiement des forces armées américaines dans l'archipel des Philippines. En outre, le nouveau dirigeant philippin, Rodrigo Duterte, a remis en question l'avenir de l'alliance américano-philippine. »

    L'administration de Barack Obama a également tenté de renforcer son influence en Asie de l'Est de façon plus fine et plus bénéfique, en utilisant la stratégie du soi-disant « leadership indirect » (leading from behind).

    Cependant, l'expert a noté que les républicains avaient qualifié cette approche de retraite, tenant compte de l'activité croissante de la Chine.

    « En fait, la Chine continue à atteindre ses objectifs. Au cours des dernières années, beaucoup de pays de la région ont commencé à diversifier leur politique étrangère, et pas toujours en faveur des États-Unis. De plus, Donald Trump a promis d'arrêter le projet de partenariat transpacifique, ce qui peut compromette l'élément économique de la politique d'Obama », a-t-il expliqué.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualites les plus importantes grace a nos selections du matin et du soir. Pour recevoir les actualites de notre chaine, il suffit de telecharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le Vietnam ne veut plus de bases étrangères sur son sol
    La Chine a dépassé les USA pour les investissements directs en Asie du Sud-Est
    Pékin dévoile sa vision de la sécurité en Asie-Pacifique
    Pour déstabiliser l’Asie, les USA ressortent le même scénario qu’en Ukraine
    Tags:
    politique étrangère, diplomatie, Donald Trump, John Kerry, Rodrigo Duterte, Barack Obama, Vietnam, États-Unis, Asie, Asie-Pacifique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik