Ecoutez Radio Sputnik
    à l'école

    Des cours sur l’«ingérence russe» pour les étudiants américains

    © Flickr/ Markus Reinhardt
    International
    URL courte
    19219

    Une idée singulière a vu le jour au sein du parlement californien: ouvrir les yeux des étudiants américains sur la «vérité» concernant les élections présidentielles de 2016. Les auteurs veulent apprendre aux jeunes à craindre ces terribles Russes, encore accusée gratuitement...

    Les établissements d’enseignement californiens proposeront probablement à leurs étudiants de suivre un cours consacré à « l’ingérence russe », lit-on dans le journal Los Angeles Times.

    Cette initiative a été avancée par le membre de l’Assemblée législative californienne Mark Levine. Le député propose au Conseil local de l’éducation de préparer un programme qui porterait sur les « accusations portées en lien avec la victoire de Donald Trump aux élections ».

    « La Californie représente le plus grand marché de manuels scolaires aux États-Unis. Grâce à ce projet de loi, on pourrait fournir des informations fiables aux étudiants californiens et dans le reste des États-Unis sur les élections présidentielles de 2016 », a déclaré M. Levine.

    Cette proposition du député repose sur les témoignages d’agents des services spéciaux américains auprès du Congrès concernant « l’ingérence de la Russie dans les procédures électorales ».

    Il ne reste qu’à regretter à quel point la désinformation, qui constitue un élément clé de la politique de l’administration de Barack Obama, est contagieuse et destructrice pour la société américaine. Le mythe de la prétendue ingérence russe dans les élections américaines, s’il était promu par les établissements d’enseignement aux États-Unis, aurait peu de chance d’améliorer les relations entre Moscou et Washington. Relations déjà aggravées par les craintes de ce dernier, qui semble voir la Main du Kremlin derrière tous ses problèmes internes.

     

    En octobre, les services spéciaux américains ont ouvertement accusé Moscou de tenter d’influencer le cours des élections, reconnaissant néanmoins que les hackers n’étaient pas parvenus à accéder aux systèmes électoraux américains. Par la suite, la Maison-Blanche a reconnu ne pas avoir détecté d’attaques de hackers le jour de l’élection.

     

    Donald Trump a qualifié d’absurdes ces accusations des leaders occidentaux. Suite à ces dernières, Craig Murray, représentant de WikiLeaks et ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan, a confirmé avoir reçu des documents compromettant Hillary Clinton de la part d’un démocrate dégoûté par l’activité du parti.

     

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Lavrov: les USA incapables de prouver l’ingérence de la Russie dans la présidentielle
    Le rapport du renseignement US sur l’«ingérence russe» fait pschitt
    Assange: les USA accusent Moscou d’ingérence pour discréditer Trump
    Tags:
    La Main du Kremlin, établissements d’enseignement, ingérence, Congrès des États-Unis, Mark Levine, Californie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik