International
URL courte
218
S'abonner

Dans les années 1990, les États-Unis estimaient que les sanctions économiques seraient insuffisantes pour pousser la Corée du Nord à abandonner son programme d'armement nucléaire.

D'après un rapport du National Intelligence Council (NIC) rédigé en décembre 1991 et déclassifié vendredi, les services de renseignement US doutaient de la capacité des sanctions économiques à convaincre Pyongyang de renoncer à son programme nucléaire en dépit d'importants dégâts pressentis pour l'économie du pays communiste.

« Un embargo commercial, à condition qu'il soit intégralement respecté, entraînera une sérieuse chute de production et soumettre la population nord-coréenne à de sévères difficultés », indiquait le document.

Les auteurs du rapport évoquaient également le risque d'une « réponse hostile » de la part de la Corée du Nord, notamment d'une attaque terroriste contre les institutions américaines ou sud-coréennes en cas de recours à l'option militaire pour appliquer les sanctions. Dans le même temps, Washington redoutait d'éventuelles provocations dans la zone démilitarisée qui sépare les deux Corées.

Le document stipulait qu'il était peu probable qu'un renforcement des sanctions nuise réellement au pouvoir nord-coréen. « Au moins à court terme, les sanctions alimenteront le soutien aux autorités au lieu de susciter des remous ou des pressions pour le changement », lit-on dans le rapport du NIC.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La Corée du Nord fait face aux plus lourdes sanctions onusiennes depuis 20 ans
Les USA imposent de nouvelles sanctions à la Corée du Nord
Le Japon adoptera de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Tags:
nucléaire coréen, sanctions, National Intelligence Council (NIC), États-Unis, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook