Ecoutez Radio Sputnik
    George Soros

    Quel est le lien entre la «Marche des femmes sur Washington» et Georges Soros?

    © AFP 2017 LAKRUWAN WANNIARACHCHI
    International
    URL courte
    Investiture du 45e président américain Donald Trump (24)
    811058519108

    Les presse libérale en Occident, notamment Le Guardian, présente la «Marche des femmes sur Washington» comme une action «spontanée» pour les droits des femmes, mais omet de préciser qu’il s’agit en fait d’une marche «partisane» en faveur des femmes qui sont anti-Trump.

    Sur le site Internet de la « Marche des femmes sur Washington », ses organisateurs publient le manifeste de cette vaste mobilisation qui explicite : « L'ascension de la femme = l'élévation de la nation », insistant tout particulièrement sur son caractère « non partisan », mais selon de nombreuses fuites dans les médias, il ne s'agit en réalité que des anti-Trump payés par George Soros qui manifestent dans la capitale américaine.

    Nombreux sont les observateurs qui se demandent quel est le lien entre George Soros, l'un des plus importants donateurs d'Hillary Clinton, et cette vaste mobilisation contre le nouveau président des États-Unis Donald Trump qu'est la fameuse « Marche des femmes sur Washington ».

    Les organisateurs de la marche font la promotion de leur travail avec des organisateurs « indépendants », mais on découvre bien des choses dans les documents du milliardaire George Soros et de sa philanthropie de l'Open Society.

    Il s'avère notamment que, décrit par Wikileaks comme « l'architecte de chaque révolution et coup d'État des 25 dernières années », M. Soros a financé, ou a entretenu d'étroites relations avec au moins 56 « partenaires » de la marche. Il s'agit, entre autres, de Planned Parenthood et du Conseil national de défense des ressources, structures connues pour leur opposition intransigeante envers le nouveau président des États-Unis Donald Trump, ou de MoveOn.org, organisation « farouchement pro-Clinton », et le National Action Network, salué par l'ex-locataire de la Maison Blanche Barack Obama.

    D'autres « boursiers » de M. Soros parmi les « partenaires » de la marche sont l'Union américaine des libertés civiles, le Centre pour les droits constitutionnels, Amnesty International et Human Rights Watch (HRW).

    Quoi qu'il en soit, la plupart des Américains savent bien que la marche n'est vraiment pas une « marche des femmes », mais une marche en faveur des femmes anti-Trump. On se souvient par ailleurs des propos tenus récemment devant les journalistes à Davos par le philanthrope idéologique et donateur politique George Soros sur Donald Trump, un « dictateur éventuel », selon lui.

    Malheureusement, la marche a pris position et les « femmes » ont été utilisées pour une journée explicitement anti-Trump, constatent les observateurs.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Investiture du 45e président américain Donald Trump (24)

    Lire aussi:

    Itinéraire de leur marche saturé, les femmes contre Trump font du sur-place
    Donald Trump critique les manifestations contre son investiture
    Au seuil de l’investiture, le monde envahi par une vague de manifestations anti-Trump

    Lire aussi:

    Une pétition appelle à expulser Soros des États-Unis
    Fondation Soros: spéculations de plusieurs milliards et vente libre de stupéfiants
    Même le risque de perdre des milliards n’arrête pas Soros de parier contre l’économie US
    Tags:
    mobilisation, sponsor, manifestation, marche des femmes, WikiLeaks, Amnesty International, Human Rights Watch (HRW), présidence américaine, Open Society Foundations, Barack Obama, Hillary Clinton, Donald Trump, George Soros, Washington, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik