Ecoutez Radio Sputnik
    Prague

    «Pas de migrants pour la Tchéquie ni selon les quotas, ni autrement!»

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    Crise migratoire (786)
    11823

    Prague rejette catégoriquement les quotas européens de répartition des réfugiés, selon le ministre tchèque de l'Intérieur Milan Chovanec.

    La République tchèque n'entend pas accepter le système de répartition des migrants parmi les pays membres de l'Union européenne et n'admettra pas elle-même de réfugiés, a martelé le ministre tchèque de l'Intérieur Milan Chovanec, intervenant dimanche à la télévision nationale.

    « Nous n'accepterons jamais les quotas et n'appliquerons jamais ce système », a déclaré M. Chovanec.

    Et de soumettre à une critique virulente Malte qui avait proposé de revenir au système des quotas.

    « C'est une utopie parfaitement absurde », a fulminé le ministre.

    Le système de répartition des migrants parmi tous les pays membres de l'UE avait été proposé par la Commission européenne et entériné par les ministres de l'Intérieur de l'Union, réunis fin septembre 2015, mais les représentants tchèques, slovaques, hongrois et roumains avaient alors voté « contre ».

    Conformément à ce système des quotas, la République tchèque aurait dû accueillir, somme toute, 2 691 migrants, en provenance des camps de réfugiés en Italie et en Grèce.

    Selon le ministre, 12 migrants se trouvent à présent sur le territoire tchèque, les tentatives d'y accueillir d'autres réfugiés, conformément aux quotas évoqués, ayant échoué en raison d'impossibilité de les soumettre au contrôle de sécurité.

    « Ils (les migrants, ndlr) ne passent pas toute la procédure de vérification, en disparaissant dans la nature. Quoi qu'il en soit, nous n'admettrons pas une seule personne sans la soumettre à une vérification », a souligné M. Chovanec.

    Qui plus est, le gouvernement tchèque n'entend pas reprendre le programme d'accueil bénévole des réfugiés-chrétiens d'Irak. Dans le cadre de ce programme, 89 personnes sont arrivées en Tchéquie d'Irak en 2016, à peu près la moitié du nombre prévu. Néanmoins, peu après, une partie de ces réfugiés ont fui en Allemagne, alors que d'autres sont retournés dans leur pays d'origine.

    « Une partie de ces gens sont déjà rentrés chez eux, en Irak, alors que d'autres se trouvent en Allemagne, et nous discutons du sort de ces derniers avec des collègues allemands. Certains de ces migrants sont toutefois restés en Allemagne pour s'y intégrer. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de développer ce projet à l'avenir », a tranché le ministre tchèque de l'Intérieur.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Crise migratoire (786)

    Lire aussi:

    Pourquoi la Tchéquie était-elle marquée rouge sur la carte des migrants?
    La Tchéquie prête à mobiliser 2.600 soldats pour se protéger des migrants
    Marquage de migrants: Prague contraint de s'expliquer
    La France s'exprime sur la saisie d'un navire britannique par l'Iran
    Tags:
    vérification, sécurité, contrôle, quotas, réfugiés, migrants, Commission européenne, Union européenne (UE), Milan Chovanec, Malte, Grèce, Italie, Irak, Prague, République tchèque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik