International
URL courte
Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
13563
S'abonner

Opposante acharnée aux sanctions antirusses de l'Union européenne, la Hongrie continue à suivre sa stratégie et espère devenir l'un des piliers de la normalisation entre la Russie et l'Europe.

Les sanctions antirusses sont « inefficaces et nuisibles  » pour l'économie européenne aussi bien que pour la Russie, estime Péter Szijjártó, ministre hongrois des Affaires étrangères.

Les pertes de son pays liées aux mesures de rétorsion à l'égard de la Russie s'élèvent à 6,5 milliards de dollars. « Étant donné que le volume d'exportations annuel de la Hongrie atteint 90 milliards de dollars, il s'agit d'une perte considérable », a déclaré le ministre. M. Szijjártó espère que les sanctions seront assouplies lors du prochain sommet de l'Union européenne qui se tiendra en mars. « Cependant, beaucoup dépend du dialogue russo-américain. »

« Cela ne changera pas la position de Budapest, mais cela pourrait affecter la position de l'Union européenne. Si une embellie apparaît dans les relations entre Moscou et Washington, il nous sera plus facile de convaincre nos amis en Europe de suivre cet exemple. Il est évident que les milieux d'affaires se prononcent contre la politique de sanctions », a déclaré le chef de la diplomatie hongroise.

Péter Szijjártó a également souligné que Budapest a exprimé à maintes reprises son désaccord concernant la politique de l'UE à l'égard de Moscou.

« Mais nous ne sommes pas capables d'ébranler l'unité européenne à ce sujet. Plusieurs pays se sont tout d'abord opposés à cette décision à l'égard de la Russie, mais au moment du vote, nous nous sommes retrouvés seuls », a-t-il déclaré.

M. Szijjártó a également indiqué que la Hongrie « voudrait devenir un des piliers de redémarrage des relations russo-européennes. »

« Nous sommes sûrs que si l'Europe ne renoue pas un dialogue pragmatique avec Moscou, l'UE aura beaucoup à perdre. Cela concerne la concurrence avec la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni. »

Le 23 janvier, Sergei Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a annoncé que Vladimir Poutine se rendrait en visite officielle en Hongrie le 2 février prochain. Le dirigeant russe rencontrera le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

La Hongrie s'est toujours prononcé contre la prorogation automatique des sanctions antirusses adoptées par l'UE. Ce pays est considéré comme un des adversaires principaux des sanctions antirusses. Suite à la dernière rencontre entre le prédisent russe et le Premier ministre hongrois, qui a eu lieu le 17 février 2016, les deux dirigeants ont convenu qu'il était possible de contourner les sanctions pour poursuivre la coopération entre leurs deux pays.

Le 19 décembre 2016, l'UE a prorogé jusqu'au 31 juillet 2017 les sanctions économiques décidées en juillet 2014 contre la Russie.

Imposées en juillet 2014, les sanctions économiques de l'Union européenne ciblant notamment les secteurs militaire, énergétique et bancaire russes ont été régulièrement reconduites depuis deux ans. Dans le même temps, certains pays membres de l'UE, dont la Hongrie, la Grèce, Chypre, l'Espagne et l'Italie, se prononcent pour une normalisation des relations entre l'UE et Moscou.

La Russie a riposté en frappant d'embargo en août 2014 plusieurs denrées alimentaires, notamment les produits laitiers, la viande, les fruits et légumes en provenance de l'UE, du Canada, d'Australie et de Norvège.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

Lire aussi:

Le Congrès empêchera Trump de lever les sanctions antirusses, selon un député
Trump verra si les sanctions antirusses sont proportionnelles
Moscou: les sanctions US visent les enfants des diplomates russes
Un «confinement très serré» fait partie des scénarios envisagés, selon le gouvernement
Tags:
relations bilatérales, coopération, sanctions, Union européenne (UE), Peter Szijjarto, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook