International
URL courte
31581
S'abonner

Tandis que les oligarques ukrainiens ont d'abord soutenu exclusivement la candidate à l'élection Hillary Clinton, ils veulent désormais un dialogue avec Donald Trump, a constaté le président russe Vladimir Poutine.

Les oligarques ukrainiens ont soutenu exclusivement la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton pendant la campagne électorale, mais désormais veulent un dialogue avec Donald Trump, a déclaré Vladimir Poutine à l'issue de la rencontre avec le premier ministre hongrois Viktor Orbán.

« Au cours de la campagne électorale aux États-Unis, l'actuel pouvoir en Ukraine a pris la position unilatérale de soutenir un des candidats. De plus, certains oligarques, apparemment avec l'approbation de hauts dirigeants, ont financé ce candidat ou plutôt cette candidate », a souligné le président russe.

Aujourd'hui, ils comptent rétablir un dialogue avec la nouvelle administration américaine et ce en l'impliquant dans le conflit ravageant le pays:

« Ils doivent améliorer les relations avec la nouvelle administration, cela aussi par le biais du conflit — il est toujours mieux, plus facile, d'impliquer l'administration dans la résolution des problèmes ukrainiens et par cette voie rétablir un dialogue. »

L'opposition en Ukraine s'est mobilisée sur fond d'échecs évidents dans les domaines de la politique économique et sociale, a d'ailleurs fait remarquer le dirigeant russe.

« Il faut la faire taire, il faut mobiliser la population autour du leadership actuel. Cette tâche est plus facilement atteignable dans le contexte du renouvèlement de tel ou tel conflit », a expliqué M. Poutine.

L'actuel pouvoir ukrainien « n'est point prêt à l'application des Accords de Minsk et cherche un prétexte pour refuser de les réaliser ». Et l'aggravation du conflit le favorisera également, a-t-il ajouté.

En cela, l'escalade du conflit dans le Donbass est due à l'envie de Kiev de récolter de l'argent à l'étranger, ce en tentant de se faire passer pour une victime, surtout aux yeux de l'Union européenne, a également tenu à souligner M. Poutine.

Depuis le 29 janvier, la situation sur la ligne de contact dans le Donbass s'est aggravée. Selon les chiffres du commandement opérationnel de la DNR, les 30 et 31 janvier, les militaires ukrainiens ont bombardé le territoire de la république 2 411 fois, les tirs ont fait six morts et 13 blessés.

De son côté Kiev a reconnu que les militaires ukrainiens mènent une offensive dans le Donbass.

A cause des pilonnages, la ville d'Avdeïevka a été privée d'électricité, d'eau et de chauffage. L'état d'urgence a été déclaré. Les autorités n'excluent pas l'évacuation des habitants dans le cas où elles ne parviendraient pas à mener à bien des travaux de réparation.

Les représentants des parlements des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk ont adressé une déclaration commune aux dirigeants russe, américain et allemand dans laquelle ils ont appelé les leaders à « arrêter Porochenko » et à faire pression sur les autorités de Kiev pour qu'elles cessent les hostilités dans le Donbass et lèvent le blocus de la région.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Donbass: les chars ukrainiens dans les rues d'Avdeïevka
Porochenko à Berlin, escalade dans le Donbass: drôle de coïncidence?
Un statut officiel pour le Donbass? Kiev n’est pas prêt
Kiev reconnaît mener une offensive militaire dans le Donbass
Tags:
conflit, élection présidentielle, oligarques, Donald Trump, Hillary Clinton, Vladimir Poutine, Donbass, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook