Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Assange: des révélations sur Macron dans les mails de Clinton

    © REUTERS/ Maxim Shemetov
    International
    URL courte
    2297769328522

    Le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, a dévoilé au journal russe Izvestia que des emails d’Hillary Clinton contenaient des «informations intéressantes» sur l’un des favoris de la présidentielle française, Emmanuel Macron. «Tout le monde a été enthousiasmé par nos publications sur les candidats», a-t-il souligné.

    Emmanuel Macron
    © AFP 2017 FABRICE COFFRINI
    Bien qu'il y ait eu déjà sur le site plusieurs extraits des courriels de Hillary Clinton et de son directeur de campagne John Podesta, contenant notamment une description détaillée du profil d’Emmanuel Macron et une invitation pour une « petite table ronde » organisée par Manuel Valls avec Macron comme invité spécial, il semble que WikiLeaks s'apprête à publier des informations beaucoup plus troublantes. Dans un commentaire exclusif à Izvestia, le fondateur du site, Julian Assange, a apporté quelques précisions.

    «Nous possédons des informations intéressantes concernant l'un des candidats à la présidence française, Emmanuel Macron. Les données proviennent de la correspondance privée de l’ex-secrétaire d’État américain, Hillary Clinton », a confié à Izvestia Julian Assange.

    Et de souligner: « Le monde entier a été enthousiasmé par nos publications sur les candidats ».

    Quant à la dernière fuite publiée par le site, elle dévoile le lien entre la candidate malchanceuse à la présidentielle américaine, Emmanuel Macron, Manuel Valls et bien d’autres figures politiques européennes. De toute évidence, dans une lettre datant d’août 2015, le premier ministre français et le ministre de l’Économie de l’époque ne doutaient pas de la victoire de Hillary Clinton et avaient hâte de réunir une table ronde et d'organiser des discussions à l’avance.

    Dans une lettre transférée à la démocrate par son directeur de campagne, Manuel Valls a invité des Américains et des compagnies engagées à un dîner.

    ​« Je veux te faire savoir que le premier ministre Valls accueille une table ronde de 25-30 personnes à Paris le 16/17 octobre », lit-on dans la lettre.

    La table ronde aurait débuté par un dîner avec Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, et aurait été suivie par une série de sessions avec des personnalités politiques du monde entier.

    « La liste des personnes ayant confirmé leur présence est impressionnante », a souligné John Podesta.

    Parmi les invités, la ministre suédoise de Finances Magdalena Andersson, le vice-premier ministre néerlandais Lodewijk Asscher, Carlotta de Franceschi, conseillère du premier ministre italien Matteo Renzi et Jeroen Dijsselbloem, ministre néerlandais des Finances et président de l’Eurogroupe.

    « Valls demande surtout de confirmer votre présence », a alors insisté Matt Browne, du think-tank US Pour le progrès américain.

    Vu l’impact de WikiLeaks sur la présidentielle américaine, il n’est pas surprenant que le monde soit de plus en plus intéressé par les fuites à venir.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Macron dénonce le décret de Trump
    Macron et la Russie: réalisme politique ou posture électorale?

    Lire aussi:

    Quand on ne veut de Manuel Valls ni au PS ni chez En Marche!
    Macron dans le viseur du Kremlin? Sputnik s’attire les foudres de la presse française
    Roger Stone «devin» ? WikiLeaks réfute tout lien avec l’ex-conseiller de Trump
    Tags:
    fuite, correspondance, révélations, élection présidentielle, Présidentielle française 2017, WikiLeaks, John Podesta, Hillary Clinton, Emmanuel Macron, Manuel Valls, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik