International
URL courte
2170
S'abonner

Les pourparlers de paix parrainés par Moscou, Téhéran et Ankara qui se sont tenus le 23 janvier dans la capitale kazakhe ont donné un résultat «positif», estime Bachar el-Assad, qui pense déjà à un Astana-2.

Les pourparlers de paix sur la Syrie « au format d'Astana » doivent être poursuivis, a estimé le président syrien Bachar el-Assad. Dans une interview à l'agence Sana, le chef d'État syrien a évalué les résultats du premier round des discussions qui ont réuni fin janvier Damas et l'opposition à Astana et a espéré que les parties continueraient à rechercher une solution à la table des négociations.

« À ce jour, il est trop tôt pour tirer le bilan d'Astana, le premier tour a été positif parce qu'il s'agissait des principes de l'unité de la Syrie, des Syriens qui décident de leur sort. Comment peut-on assurer cette communication? C'est ça la question et j'estime que nous verrons un Astana-2 et ainsi de suite », a indiqué le président syrien.

Le premier tour des négociations consacrées à la situation en Syrie a eu lieu le 23 janvier 2017 à Astana, au Kazakhstan. À huis clos, les parties en conflit ont cherché à renforcer la fragile trêve en vigueur depuis la fin décembre sous le parrainage de la Russie, qui représente les intérêts de Damas, et de la Turquie, garante de l'opposition. La rencontre, qui s'est déroulée en totale coordination avec les efforts des Nations unies, a accueilli 27 des 31 groupes de l'opposition syrienne qui ont convenu de former une délégation unique.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Ankara n’est plus en mesure d’insister sur un règlement de la crise syrienne sans Assad
Congressiste US: Assad est indispensable pour le règlement syrien
«Le dernier rempart de la paix civile est en train de céder», s’inquiète Philippe de Villiers
Tags:
réglement politique, crise, Bachar el-Assad, Astana, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook