International
URL courte
292
S'abonner

Le gouvernement belge devrait adopter le 24 février un projet de loi qui accordera un statut particulier aux victimes des attentats du 22 mars 2016.

Selon le quotidien belge Le Soir, « le statut de solidarité nationale » permettra aux victimes des attaques du 22 mars d'obtenir des indemnités à l'instar des victimes civiles de la Seconde Guerre mondiale. Une pension de dédommagement sera évaluée en fonction du degré d'invalidité. En cas d'invalidité totale, son montant totalisera plus de 20 000 euros par an. Outre cela, le statut prévoit des remboursements de frais médicaux. Toutefois, le quotidien précise qu'une telle aide ne concernera que les citoyens belges.

Une double explosion s'est produite le 22 mars au matin dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles. La troisième explosion a eu lieu un peu plus tard dans un wagon de métro à la station Maelbeek. Les attentats perpétrés par trois kamikazes ont fait 32 morts au total et plus de 300 blessés. Cette vague d'attaques a été revendiquée par le groupe terroriste Daech (État islamique ou EI).

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Un prévenu pakistanais exhorte un juge à lui «donner» sa «promise» de 14 ans contre son gré
Scènes de violences urbaines à Lyon entre la police et des habitants d'un quartier – vidéos
«Ça ne suffit pas»: les autorités exhortent les soignants à se faire vacciner «très rapidement»
Tags:
victimes, loi, dédommagement, indemnisation, Seconde Guerre mondiale, attentats de Bruxelles, Etat islamique, gouvernement fédéral belge, Bruxelles, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook