Ecoutez Radio Sputnik
    Une jeune fille à Pyongyang

    La sœur de Kim Jong-un, Kim Sol-song, «l’éminence grise» de Pyongyang?

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    519

    Et si la demi-sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avait un pouvoir réel dans le pays et influait sur son frère? Cette idée devient de plus en plus populaire en Corée du Sud.

    Kim Sul-song, fille de l'ex-dirigeant nord-coréen Kim Jong-il et de sa première épouse Kim Young-sook, serait « l'éminence grise » de la Corée du Nord, a déclaré à Séoul Cheong Seong-chang, directeur du centre pour la stratégie de réunification auprès de l'Institut Sejong, présentant un rapport consacré aux responsables de l'administration de Kim Jong-un.

    « Selon des sources dignes de foi, il est très probable que toutes les décisions du dirigeant du pays doivent avoir le feu vert de sa sœur », a indiqué Cheong Seong-chang à l'Université de Corée.

    Des rumeurs sur l'influence dont jouit Kim Sul-song, de onze ans l'aînée de Kim Jong-un, courent en Corée du Sud depuis 2013. Selon certaines informations, Kim Jong-il a préparé de son vivant le partage des pouvoirs entre ses deux enfants et Kim Sul-song faisait partie de l'élite dirigeante du pays au moment du passage du pouvoir à Kim Jong-un.

    En 2013, l'hebdomadaire Sisain a annoncé : « Kim Jong-il appréciait beaucoup les talents de sa fille, spécialiste des hautes technologies. Il lui a confié la direction du secteur informatique nord-coréen, y compris de l'Internet, du département des hackers, etc. ».

    Des médias ont affirmé à l'époque que Kim Jong-il essayait d'utiliser des technologies informatiques pour réformer le système de gestion des ressources et dépister les cas de corruption parmi les militaires de haut rang du pays.

    La présidente sud-coréenne actuelle Park Geun-hye s'est rendue en Corée du Nord en mai 2002 en qualité d'envoyée spéciale, alors qu'elle était députée à l'Assemblée nationale. Elle a rencontré Kim Jong-il et sa fille Kim Sul-song.

    Selon Lee Yungeol, un transfuge de la Corée du Nord devenu chef du Centre de l'information stratégique sur la Corée du Nord (NKSIS) à Séoul, les deux femmes auraient communiqué comme des sœurs malgré la différence d'âge. Kim Jong-il aurait promis de placer sa fille à la tête de la Corée du Nord, si Park Geun-hye devenait présidente en Corée du Sud en 2002. Mais Park Geun-hye a renoncé à l'époque à briguer le mandat présidentiel.

    L'auteur du rapport sur les dirigeants nord-coréens Cheong Seong-chang a d'abord été sceptique quant à l'hypothèse sur l'influence politique de la fille de Kim Jong-il, avancée par le transfuge Lee Yungeol. Mais plus tard, il a changé d'avis.

    « Je n'ai pas cru cette histoire quand je l'ai entendue il y a quelques années. Mais j'ai compris que c'était vrai après avoir contacté plusieurs personnes dignes de foi », note le chercheur.

    D'ailleurs, un autre scientifique, Kim Jeongbong, de l'Université de Hanzhong, exprime des doutes à ce sujet.

    « Elle est une femme ordinaire, mais on peut affirmer qu'elle ne meurt pas de faim puisqu'elle est fille et sœur d'un dirigeant du pays », a noté cet ancien responsable des services secrets sud-coréens.

    Lee Yungeol promet toutefois de publier prochainement un livre consacré à ce dossier et fournissant des preuves.

    Le récent rapport de Cheong Seong-chang sur les dirigeants nord-coréens contient d'autres détails curieux sur le changement du style de gouvernement en Corée du Nord après l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-un. Il a relancé certaines traditions fondées par Kim Il-sung mais abandonnées à l'époque de Kim Jong-il — le message du Nouvel An ou les annonces officielles sur les réunions du Comité militaire centrale du Parti du travail.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Malaisie: Kim Jong-nam tué par un agent neurotoxique
    Nouveaux détails sur le meurtre de Kim Jong-nam
    Quels sujets seraient au centre d’entretiens entre Kim Jong-un et Xi Jinping à Pékin
    Tags:
    politique, Centre de l'information stratégique sur la Corée du Nord (NKSIS), Université de Corée, Institut Sejong, Lee Yungeol, Kim Jeongbong, Kim Il-sung, Park Geun-hye, Kim Young-sook, Kim Jong-il, Kim Sul-song, Corée du Sud, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik