International
URL courte
48734
S'abonner

Le président américain Donald Trump affirme sur son compte Twitter que son téléphone a été mis sur l’écoute peu avant de l’élection…

Deux mois plus tard, l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche continue de faire du remous. Ce samedi le président a mis le feu aux poudres en affirmant dans une série de tweets que Barack Obama écoutait son téléphone à la Trump Tower.

« C'est affreux! Je viens de découvrir qu'Obama m'avait "mis sur écoute" à la Trump Tower peu avant la victoire. Rien n'a été découvert. C'est du maccarthysme », a tweeté le président américain en référence à la traque des militants et sympathisants communistes aux États-Unis dans les années 1950.

« Est-ce légal pour un président en exercice de "mettre sur écoute" un candidat à la présidence à la veille des élections? Avant, cela a été interdit par la justice. Toujours plus bas! »

​« Je parie qu'un bon avocat pourrait faire un grand procès en se basant sur le fait que le président Obama écoutait mes conversations en octobre, juste avant l'élection »

Le nouveau locataire de la Maison Blanche a par ailleurs reproché à son prédécesseur d'être une « personne malfaisante » et a fait un parallèle avec le scandale du Watergate, l'espionnage politique qui aboutit en 1974 à la démission de Richard Nixon, alors président du pays.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

 

Lire aussi:

«Hypocrite!» Trump tacle un opposant pour une photo avec Poutine
Le professeur Xavier de X-Men veut devenir Américain pour s’opposer à Trump
Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
Tags:
élection présidentielle, Donald Trump, Barack Obama, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook