Ecoutez Radio Sputnik
    mains

    Ces femmes russes restées en Syrie avec leur mari

    © Photo. pixabay
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (printemps 2017) (181)
    6590
    S'abonner

    Ces dernières années, des millions de personnes ont quitté la Syrie, un pays où des milliers de jeunes femmes russophones vivaient avec leur mari. Des centaines d'entre elles sont restées malgré la guerre. Une famille de Damas explique cette décision au correspondant de l'agence d'information Sputnik.

    La matinée ensoleillée commence sur le balcon d'un appartement douillet avec vue sur les quartiers est de Damas contrôlés par les terroristes — Kabun, Jobar et d'autres. A quelques kilomètres de la maison où vit Iva, jeune femme de Saint-Pétersbourg, se déroule une véritable guerre, mais on semble s'y être habitué.

    « Tu vois la fumée à gauche — c'est Kabun, plusieurs obus sont tombés à cet endroit aujourd'hui. L'armée identifie et élimine constamment les positions de tir des terroristes qui inquiètent Damas », explique le chef de la famille, Nazir, officier de l'armée syrienne à la retraite.

    Sur les murs sont accrochés les dessins des trois filles du couple. L'une des fillettes a été légèrement blessée par un éclat lors d'un bombardement chaotique de Damas par les terroristes en automne 2016.

    Iva a rencontré son mari il y a 30 ans à Saint-Pétersbourg, où Nazir était venu en tant qu'aspirant. Quand la guerre a commencé Iva, comme des centaines de ses compatriotes à travers toute la Syrie, a décidé de rester avec son mari jusqu'au bout.

    Cela fait six ans qu'Elena travaille depuis le début de la guerre en tant que médecin dans un hôpital de Damas, qui a dû changer partiellement de profil en s'orientant vers la médecine de campagne. Et aujourd'hui, mercredi 8 mars, la docteur n'a pas pu assister fêter la journée de la Femme avec ses anciens amis à cause d'une opération.

    En Syrie, la diaspora russe a toujours vécu dans l'amitié et malgré les événements actuels les traditions n'ont pas été enfreintes. Les jeunes femmes se réunissent pratiquement chaque semaine dans les cafés confortables de la vieille ville pour discuter de différents thèmes — des rumeurs du moment à la grande politique.

    Elles se souviennent de leur compatriote Irina Barakat, qui a vécu pendant toutes les années de crise à Alep et qui a été grièvement blessée par un obus ayant atterri dans le salon où déjeunait la famille en août 2016. Irina a juste eu le temps de protéger l'enfant avec son corps. Pour lui sauver la vie, elle a perdu une jambe et une main. Quand son état a été stabilisé, Irina a été envoyée à Moscou.

    Il n'est pas un secret non plus que certaines compatriotes russes vivent actuellement sur les territoires contrôlés par l'opposition armée — elles sont restées avec leur mari pendant la guerre et continuent de les soutenir. De nombreux hommes syriens, et pas seulement, rêvent d'une femme russe qui ont dans le sang un commandement très simple — les Russes n'abandonnent pas les leurs à la guerre.

    Dossier:
    Situation en Syrie (printemps 2017) (181)

    Lire aussi:

    Ankara dément tout problème de coordination militaire en Syrie avec Moscou
    Un général-major russe, blessé en Syrie, a été emmené en soins intensifs
    Les forces spéciales russes en action en Syrie (VIDEO)
    Cimentier Lafarge en Syrie: les éléments sur le lien présumé avec Daech révélés
    Tags:
    soldats, femmes, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik