Ecoutez Radio Sputnik
    Cour européenne des droits de l'homme (CEDH)

    Selon Erdogan, la Turquie saisira la CEDH sur le différend avec les Pays-Bas

    © AFP 2017 PATRICK HERTZOG
    International
    URL courte
    81157139

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé les Pays-Bas de sanctions diplomatiques, annonçant que la Turquie allait saisir la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) sur ce différend.

    Selon l'agence Reuters, le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé entendre saisir la Cour européenne des droits de l'homme sur le différend avec les Pays-Bas, indigné par le refus des autorités néerlandaises d'autoriser les meetings des ministres turcs sur son territoire au cours du week-end.

    Ainsi, la Turquie présentera une demande en justice contre les Pays-Bas devant la Cour européenne des droits de l'homme et imposera « toutes les sanctions possibles » pour « tenir les Pays-Bas responsables », ceci pour avoir refusé l'entrée dans le pays d'officiels turcs pour prononcer des discours de campagne, a averti le président turc.

    De même, le dirigeant a accusé l'Allemagne de soutenir le terrorisme, dans un entretien à Al-Haber à l'issue d'une réunion du cabinet lundi à Ankara: « Mme Merkel, pourquoi cachez-vous des terroristes dans votre pays? Pourquoi vous ne faites rien? », a-t-il déclaré, accusant Berlin de négliger 4 500 dossiers de suspects de terrorisme envoyés par Ankara.

    Auparavant, le dimanche 12 mars, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait appelé les organisations internationales à adopter des sanctions contre les Pays-Bas, en expliquant que le comportement du pays était digne d'une « république bananière ». Il avait également blâmé les pays européens de ne pas avoir critiqué les autorités néerlandaises pour leur position à l'égard des ministres turcs souhaitant se rendre aux Pays-Bas.

    Les Pays-Bas ont expulsé la ministre turque de la Famille, en visite à Rotterdam, quelques heures après avoir empêché la venue du chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, qui devait assister à un meeting de soutien au président Erdogan. Le rassemblement devait se dérouler dans le cadre de la campagne du référendum sur le renforcement des pouvoirs présidentiels prévu en Turquie le 16 avril.

    En réaction, Ankara a bouclé l'Ambassade et le Consulat néerlandais, qualifiant la décision de La Haye de « vestige du nazisme ». À Rotterdam, près d'un millier de manifestants munis de drapeaux turcs se sont rassemblés dans la soirée près du consulat turc, avant d'être dispersés par les forces de l'ordre à l'aide de canons à eau.

    La campagne pro-Erdogan en Europe avait auparavant provoqué des tensions avec l'Allemagne, plusieurs villes allemandes ayant annulé des rassemblements en faveur du passage à un régime présidentiel en Turquie. Le président turc a alors accusé l'Allemagne de « pratiques nazies », suscitant la colère de Berlin et de Bruxelles.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Erdogan traite les Pays-Bas de «république bananière»
    Une ministre turque expulsée accuse les Pays-Bas de traitement «lamentable»
    Ankara menace les Pays-Bas de «représailles sévères»
    Tags:
    différend, diplomatie, sanctions, Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), Recep Tayyip Erdogan, Angela Merkel, Pays-Bas, Turquie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik