Ecoutez Radio Sputnik
    La région de Mossoul

    Lavrov: l’exode des civils de Mossoul plus important que celui d'Alep-Est

    © REUTERS/ Zohra Bensemra
    International
    URL courte
    7242

    Famine, soif, manque de médicaments, et bien sûr guerre… La situation humanitaire est calamiteuse à Mossoul. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a déclaré que la ville irakienne avait été abandonnée par un plus grand nombre d’habitants qu’Alep-Est.

    La guerre contre Daech a fait fuir un plus grand nombre d'habitants de Mossoul que d'Alep-Est, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'un point de presse mardi.

    En outre, le ministre russe a lancé un appel aux journalistes et fonctionnaires de l'Onu à rester objectifs en couvrant les événements dans des zones de crise.

    « Outre nos collègues journalistes dans différents pays, qui travaillent dans une zone de conflit, j'appellerais aussi nos partenaires des Nations unies, qui sont chargés de traiter les questions humanitaires dans les diverses parties du monde, à être plus objectifs et plus offensifs dans la présentation de ce qu'ils voient dans une zone de crise », a déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse.

    Selon lui, « ces images de Mossoul que tout observateur impartial peut voir, doivent le convaincre d'évaluer la situation comme très, très inquiétante ».

    « Ceux qui ont vu des images de Mossoul ne peuvent que se sentir anxieux », a déclaré M. Lavrov.

    Plus tôt mardi, la porte-parole de la diplomatie russe a aussi évoqué sur Facebook la tragédie de la ville irakienne de Mossoul. Selon Maria Zakharova, la couverture des combats à Mossoul est un nouvel exemple d'arnaque médiatique des médias mainstream. Elle a en outre indiqué que la presse contournait autant que possible ce sujet et les victimes de la coalition menée par les États-Unis.

    « Il est bizarre que jusqu'à présent aucun compte Twitter en anglais d'une fillette souffrant à Mossoul ne soit apparu », a indiqué la diplomate en allusion à la « blogueuse » Bana, fille de 7 ans qui racontait sur son compte Twitter « les horreurs de la vie à Alep ».

    Haider al-Abadi, le premier ministre irakien, a annoncé le début de l'offensive sur Mossoul dans la nuit du 16 au 17 octobre 2016. L'armée et la police irakiennes, soutenues par les milices kurdes et les avions de la coalition internationale anti-Daech, ont entamé une vaste opération. Après des semaines de durs combats, en janvier, elles ont réussi à prendre le contrôle de la partie est de la ville.

    Selon les données du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), plus de 210 000 Irakiens ont dû quitter leurs maisons à Mossoul suite à l'offensive.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Libération de Mossoul-Ouest: près d'un tiers du dernier rempart de Daech repris
    Au moins 500 corps de victimes de Daech retrouvés près de Mossoul
    Défense russe: les attaques chimiques à Mossoul «sont passées inaperçues» en Occident
    Moscou à Berlin: aucune raison pour édulcorer la situation à Mossoul
    Tags:
    opération humanitaire, Etat islamique, Sergueï Lavrov, Alep-Est, Mossoul, Syrie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik