International
URL courte
5311
S'abonner

La commission du renseignement du Sénat américain n'a pas trouvé de preuves de la mise sur écoute du président Donald Trump alors qu'il était encore en campagne électorale, ont déclaré le président de la commission Richard Burr et son vice-président Mark Warner dans un communiqué conjoint.

La commission du renseignement du Sénat des États-Unis n'a pas détecté d'indices de la mise sur écoute du président Donald Trump lorsqu'il était candidat à la présidentielle, apprend-t-on du communiqué conjoint du président de la commission Richard Burr et de son vice-président Mark Warner :

« Se basant sur les informations dont nous disposons, nous ne voyons aucune preuve du fait que la Trump Tower ait été mise sur écoute par des organismes gouvernementaux des États-Unis avant ou après l'élection de 2016. »

Le 4 mars, Donald Trump a affirmé que Barack Obama avait demandé de placer sur écoute son QG de campagne avant l'élection présidentielle du 8 novembre. Il a également fait un parallèle avec le scandale du Watergate, l'espionnage politique qui avait abouti en 1974 à la démission du président Richard Nixon.

En réaction, le porte-parole de l'ancien dirigeant US Kevin Lewis a déclaré que ni le président Obama « ni aucun responsable de la Maison-Blanche » n'avaient « jamais » ordonné la surveillance d'un quelconque citoyen américain. De son côté, l'ancien directeur du renseignement américain James Clapper a également rejeté les allégations de M. Trump.

Le Congrès américain a malgré tout accepté d'enquêter sur d'éventuelles écoutes de Donald Trump par son prédécesseur. Le nouveau locataire de la Maison-Blanche a notamment demandé au Congrès de déterminer si l'administration Obama avait abusé de son « pouvoir d'enquête ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Trump n’est pas visé par une enquête, assure la Maison-Blanche
Les USA espionnent le monde et les «hackers russes» portent le chapeau
Les grandes oreilles du FBI se penchent sur le Kremlin
Le chef de la CIA dément la publication du NYT sur les liens du QG de Trump et Moscou
Tags:
campagne électorale, candidats, preuves, enquête, sur écoute, Mark Warner, Richard Burr, Barack Obama, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook