Ecoutez Radio Sputnik
    Sergio Corani, ancien soldat argentin de la guerre des Malouines

    Un ancien soldat de la guerre des Malouines revient sur le «champ de bataille»

    © Sputnik . Nicolás Ayala
    International
    URL courte
    0 101

    Quelque 35 ans après la fin du conflit armé qui a opposé l'Argentine au Royaume-Uni pour les îles Malouines, Sputnik s'est rendu sur les lieux pour retracer les histoires des vétérans argentins revenus sur les îles qui sont pour eux «le sens de leur vie».

    À l'occasion du 35e anniversaire du début de la guerre des Malouines, qui a opposé l'Argentine au Royaume-Uni en 1982, Sputnik a interrogé Sergio Corani, ancien soldat argentin qui a participé au conflit à l'âge de 19 ans et qui est revenu aujourd'hui sur ses îles natales pour prendre part à une action destinée à compléter la banque ADN dans le but d'identifier 123 militaires disparus au cours de la guerre.

     Sergio Corani, ancien soldat de la guerre des Malouines
    © Sputnik . Nicolás Ayala
    Sergio Corani, ancien soldat de la guerre des Malouines

    Sergio Corani a confié à l'agence avoir réalisé son rêve de longue date, ayant nagé 2,4 km dans les eaux glaciales de Puerto Argentino (Port Stanley en anglais) dans le sud-ouest de l'Atlantique, action qui s'est déroulée pour la première fois le 15 mars 2017 sous le slogan « Défi à l'Atlantique » et qui a pour but d'identifier 123 militaires morts pendant la guerre des Malouines et enterrés au cimetière militaire argentin de Darwin.

    « Les îles Malouines (Falkland Islands, en anglais) sont une partie de moi-même, cette partie qui m'avait fait ressentir à l'âge de 19 ans que je faisais quelque chose pour mon pays, en m'y donnant jusqu'au bout. J'y suis revenu pour participer à cette course, mais j'aimerais que ce ne soit pas seulement mon combat personnel, mais que davantage de personnes y participent », a déclaré l'interlocuteur de Sputnik.

    Sergio Corani, qui avait participé au conflit militaire des Malouines comme soldat de la DCA sur la piste d'atterrissage de l'aéroport d'une des îles, s'est entraîné pendant deux ans en hiver au large de sa ville de Mar del Plata.

    Sergio Corani
    © Sputnik . Nicolás Ayala
    Sergio Corani

    Dans des conditions normales, la personne peut se trouver dans une eau dont la température est inférieure à 15 degrés entre une et six heures, mais quand on nage, le temps diminue, le corps humain perdant la chaleur beaucoup plus rapidement. Dans une eau à 5 degrés, on ne tient pas plus de 15 minutes.

    Aujourd'hui, la course de Sergio n'a duré que 26 minutes, alors que son corps glacé se rappelle très bien de ces 1 776 heures d'hiver qu'il a passées lors des hostilités en 1982.

    Selon l'ancien soldat, dans cette épreuve, ce sont les premières cinq minutes qui comptent, car c'est justement à ce moment précis que le nageur est tenté par l'envie de tout abandonner. Il est nécessaire de se concentrer et de mobiliser toute la volonté pour ne pas succomber à la tentation et poursuivre l'effort.

    « Tournant la tête pour respirer, j'ai aperçu les montagnes. […] Je me suis souvenu de ma dernière journée à la guerre quand j'avais été obligé de quitter l'armée. Je ne voulais pas partir, estimant qu'à 19 ans je pourrais faire beaucoup plus pour mon pays. J'avais tort. Je ne me sentirai plus jamais vaincu », a-t-il martelé.

    Et d'avouer que les temps les plus difficiles, il les avait vécus à son retour sur le continent.

    « Nous avons perdu toute importance pour la société. Notre retour faisait de la peine aux gens qui auraient préféré nous oublier tout court. Bien des portes se sont fermées devant moi. On avait promis du travail à notre départ, mais on nous a trompés », a constaté Sergio.

    Il n'est revenu dans les îles qu'en 2001, à l'âge de 38 ans.

    « Je me suis rendu au cimetière pour visiter mes camarades qui avaient toujours le même âge qu'avant notre séparation. […] J'ai compris que je dois continuer à vivre pour qu'on ne les oublie pas », a estimé le vétéran de la guerre des Malouines.

     Sergio Corani
    © Sputnik . Nicolás Ayala
    Sergio Corani

    Il a préféré ne pas connaître à quelle place il avait terminé la course, son objectif ayant été atteint. Il y a participé à l'identification des 123 soldats disparus dans les flammes de la guerre des Malouines.

    « L'eau froide n'est pas un obstacle. J'ai dû nager. Il arrive des choses bien plus dures dans la vie, et les Malouines peuvent en témoigner », a conclu l'ancien soldat qui, peu avant son troisième retour dans les îles, s'est fait tatouer les prénoms de ses enfants sur les poignets et la silhouette des îles qu'il espère un jour leur montrer.

     Sergio Corani, ancien soldat de la guerre des Malouines
    © Sputnik . Nicolás Ayala
    Sergio Corani, ancien soldat de la guerre des Malouines

    La guerre des Malouines a débuté le 2 avril 1982 avec le débarquement de l'armée argentine pour se terminer le 14 juin 1982 par un cessez-le-feu. Sur le plan humain, le bilan de cette guerre est de 907 tués, soit 649 militaires argentins, 255 militaires britanniques et trois insulaires.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Chroniques de la guerre des Malouines: il surfe pour rendre hommage à son père
    Ancien soldat de la guerre des Malouines: «je suis revenu là où devait être ma tombe»
    Malouines: pas d’atterrissage en Amérique latine pour les avions militaires UK
    Tags:
    nageur, soldats, ADN, guerre, Sputnik, Sergio Corani, Puerto Argentino (Port Stanley), îles Malouines, Argentine, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik