Ecoutez Radio Sputnik
    Cybersécurité

    Des hackers au service des forces armées italiennes?

    © Fotolia/ Feng Yu
    International
    URL courte
    1508122

    Les guerres de l'ère numérique se déroulent sur le web, le cyberespace devenant un véritable champ de bataille, et en Italie, l’armée recrute des spécialistes de la sécurité informatique, autrement dit des hackers, a indiqué à Sputnik un universitaire italien.

    Sputnik a demandé au professeur Mario Caligiuri, qui dirige le groupe d'étude de l'activité des services secrets à l'Université de Calabre, de commenter le plan de recrutement de hackers dans l'armée italienne émanant du CIOC (Commandement général des cyber-opérations).

    « À mon avis le recrutement de hackers et, en général, une attention renforcée pour l'Internet, sont tout à fait justifiés, car nous sommes en train de vivre une période de conflits militaires, mais aussi de confrontations économiques et civilisationnelles qui passent de plus en plus dans l'espace virtuel. Aussi doit-on apprendre à s'y opposer », a déclaré à Sputnik Mario Caligiuri, de l'Université de Calabre.

    Et d'ajouter que l'Italie devrait étudier l'activité des services secrets dans des universités, comme cela se faisait dans d'autres pays.

    « Le renseignement permet de voir l'authentique tableau informationnelle et d'évaluer de façon adéquate la situation dans le monde réel. […] C'est fondamental dans notre vie actuelle où le flot de désinformation et de fausses nouvelles est pratiquement ininterrompu », a constaté l'interlocuteur de l'agence.

    Selon l'expert, toutes les batailles informationnelles se déroulent désormais dans le cyberespace, alors que le format même de la guerre a changé, et les gouvernements des pays doivent en tenir compte.

    « La sécurité informatique au niveau national devient une priorité, mais l'Italie est en retard sur d'autres pays occidentaux », a souligné M. Caligiuri.

    Et d'expliquer qu'il y avait en Italie énormément d'adversaires de l'Internet qui s'étaient longtemps opposés à la mise au point de nouvelles technologies informatiques pour des raisons économique, politiques et autres.

    Quoi qu'il en soit, l'expert estime impossible de contrôler l'information.

    « Pour ce qui est des fausses nouvelles, il est inutile de les interdire complètement. Pour les combattre, il faut élever le niveau d'instruction de la population pour que les gens puissent analyser et distinguer le vrai du faux », a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

    Les observateurs constatent qu'aujourd'hui, l'arme à feu est de plus en plus souvent mise de côté et remplacée par le clavier, joujou favori des supposés hackers. Différentes armées du monde recrutent des bataillons de hackers composés d'étudiants, de codeurs et de programmeurs professionnels, ainsi que de cybercriminels graciés.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La Corée du Nord a formé une armée de hackers et de trolls
    3000 hackers font partie de la cyber-armée de la Corée du Nord
    Le parquet allemand veut enquêter sur une possible base de hackers de la CIA à Francfort

    Lire aussi:

    Cyberattaque mondiale: un retour triomphal des «hackers russes»?
    La Russie s'arme contre les cyberattaques et la désinformation
    Poutine: «les hackers russes» pourraient être… américains
    Tags:
    guerre, cyberattaque, armée, cybersécurité, hackers, Interjet, Commandement général des cyber-opérations italien (CIOC), Sputnik, Mario Caligiuri, Calabre, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik