Ecoutez Radio Sputnik
    Donbass

    Lavrov et Ayrault sur la même longueur d'onde par rapport à Kiev

    © AFP 2017 Evgeniy Maloletka
    International
    URL courte
    293420571

    Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a soutenu le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, et s’est prononcé pour la levée du blocus dans le Donbass.

    Dans une conversation téléphonique avec son homologue français, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Kiev devait mettre fin à ses tentatives de forcer le Donbass à capituler. Jean-Marc Ayrault a soutenu le diplomate russe.

    Selon le communiqué publié sur le site du ministère français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault a marqué « la responsabilité qui incombe à toutes les parties de respecter le cessez-le-feu et procéder au retrait des armes lourdes ».

    Les deux ministres sont aussi convenus d'intensifier les efforts dans le cadre du format Normandie afin de mettre en œuvre les accords de Minsk.

    « Sergueï Lavrov a réaffirmé qu'il n'était pas possible d'assurer une paix solide sans des mesures politiques qui la « sous-tendraient ». Les autorités ukrainiennes devraient mettre un terme à ses tentatives pour faire capituler la région (Donbass) en instaurant un blocus total et entamer la réalisation du « train de mesures » des accords de Minsk dans leurs ensemble. Jean-Marc Ayrault a confirmé que la France se prononçait pour la fin du blocus dans le Donbass », indique le communiqué publié par le ministère russe des Affaires étrangères.

    Jean-Marc Ayrault et Sergueï Lavrov ont aussi évoqué certains aspects des relations bilatérales franco-russes.

    Auparavant, le Conseil de sécurité nationale d'Ukraine avait annoncé le blocus commercial total des territoires du Donbass échappant au contrôle de Kiev. Cette décision est entrée en vigueur le 15 mars et le restera jusqu'à ce que les entreprises des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL) reviennent sous la juridiction ukrainienne. La RPD a déclaré que le blocus était contraire aux accords de Minsk.

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que le blocus du Donbass, décrété par Kiev ce mercredi à midi, était contraire à la conscience et au bon sens.

    Le département d'État des États-Unis en a appelé à une solution pacifique pour régler le problème du blocus ferroviaire du Donbass et prévenu que ce dernier aurait des conséquences néfastes pour les accords de Minsk.

    L'Union européenne a de son côté demandé des explications à Kiev au sujet de la décision du Conseil de sécurité nationale (SNBO) sur le blocus du Donbass, a fait savoir l'ambassadeur de l'UE en Ukraine Hug Mingarelli.

    « Nous avons fait une demande d'informations auprès des autorités ukrainiennes et ferons part de notre position dans les heures qui viennent », a-t-il déclaré, cité par l'agence Unian.

    De même, fin janvier, les radicaux ukrainiens ont entamé le blocus ferroviaire du Donbass, perturbant les livraisons de charbon depuis cette région. Les Républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk ont répondu par la mise en place d'une gestion externe des entreprises se trouvant sous juridiction ukrainienne.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Blocus du Donbass: l’UE demande des explications à Kiev
    Des explosifs US pour des saboteurs ukrainiens dans le Donbass
    Moscou aux dirigeants ukrainiens: le blocus du Donbass doit cesser immédiatement
    Donbass: des tirs coupent l’électricité de la station de filtrage d’eau
    «Stop au génocide des habitants du Donbass»: la protestation s’internationalise
    Tags:
    blocus ferroviaire, conversation téléfonique, relations bilatérales, blocus, Jean-Marc Ayrault, Sergueï Lavrov, Kiev, Donbass, France, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • avatar
      rosebudhunter
      Ah oui demain c'est le Printemps et pour la fête de la Victoire du 8 mai le Hollandisme aura vécu ...
      Donc le Gouvernement peut lâcher son ami BHL il y a de quoi rigoler jusqu'en Russie !
    • ricardo
      Sur la même longueur d'onde par rapport à Kiev, c'est relativement bien. A la même distance de Kiev, ce serait mieux... pour la France, encore mieux !
    • avatar
      Norbert
      Aucune confiance en ce ayrault. Il ne brasse que du vent, et comme le vent, il peut tourner d'un instant à l'autre. Le propre des girouettes.
      Est-ce pour faire bonne figure, vu que la France jusque là n'a fait aucune action humanitaire dans le monde auprès des peuples dans la misère, frappés par la guerre? Forcément, quand on se dit défenseur des droits de l'homme, c'est très paradoxal.
    • Jonathan_Livingston
      Sauf que, aujourd'hui (comme demain), Jean-Marc Ayrault compte pour du beurre (rance)…
    • Le Merle
      Trop tard...
    • avatar
      michel.louis.loncin
      L'UE, par la Volonté de la FUHRERIN Merkel, complice de Porochenko, et les ORDRES de l'OTANO-NAZISME sous la conduite des États-Unis d'Obama (les sequelles de son "administration" GUERRIÈRE s'en font toujours sentir !) sont totalement responsables de la situation en Ukraine et dans le Donbass !!
      Voilà la conséquence du soutien a5 des NAZIS !!!
    • avatar
      Tolosan
      Franchement, est-ce que l'opinion de Ayrault a jamais eu la moindre importance ? Nul comme premier ministre, nul comme ministre des affaires étrangères, etc... "Il n'est pas bon à rien, il est mauvais à tous"!! (Pagnol).
    • BRY
      Ha c'est socialo, un coup à l'endroit, un coup à l'envers.Pathétique.
    • Dolinduz
      Étant donné la situation, on se demande ce que la Russie attend pour déclarer des contre-sanctions de son côté de la frontière... voire un référendum d'autodétermination ?
    Afficher les nouveaux commentaires (0)