Ecoutez Radio Sputnik
    Les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) au nord de Raqqa

    Coincés, des commandants de Daech s'enfuient de Raqqa

    © REUTERS / Rodi Said
    International
    URL courte
    11351

    La veille de l'opération de libération de la ville de Raqqa des terroristes de Daech, les unités des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont libéré la route Raqqa-Tabqa. Le commandant de l’une des unités, Nasır Hec Mansur, a parlé à Sputnik des progrès de l'opération.

    Peu de temps avant le début de l'opération visant à libérer la ville de Raqqa dans le nord de la Syrie, Sputnik a pu interroger Nasır Hec Mansur, commandant de l'unité des Forces démocratiques de la Syrie qui ont encerclé la ville et prévoient d'y entrer le mois prochain.
    Selon M. Mansur, l'opération progresse assez rapidement.

    « Il ne reste que quelques kilomètres jusqu'à Raqqa, dans certains endroits il ne reste que cinq kilomètres, dans d'autres il n'y a que dix kilomètres. C'est difficile pour des raisons militaires et techniques de dire à quelle date exacte nous entrerons dans la ville. Néanmoins, je pense qu'on pourra le faire le mois prochain », a-t-il raconté.

    Nasir Hec Mansur a également fait savoir que les commandants des opérations de Daech fuient la ville assiégée dans la direction de Deir ez-Zor.

    « Les commandants étrangers se sont déjà enfuis de la ville. Cependant, à Raqqa, maintenant, il y a encore des commandants locaux de Daech », a-t-il déclaré.

    Par ailleurs, il a ajouté que les Forces démocratiques syriennes avaient bouclé la ville sur trois côtés, ne laissant aux terroristes qu'une seule voie de retraite, qu' il est possible de traverser uniquement à pied.

    « La seule route, menant à la ville, est située au nord de la ville dans la zone des eaux de l'Euphrate, mais elle est fermée au passage des véhicules, il est possible de la traverser uniquement à pied. Ainsi, les terroristes de Daech peuvent fuir Raqqa seulement à pied », a expliqué le commandant des FDS.

    L'interlocuteur de Sputnik a souligné que les djihadistes de Daech continuaient d'utiliser des civils comme bouclier humain.

    « Les terroristes ont utilisé cette tactique partout. Et maintenant, au cours de l'opération de Raqqa, ils font la même chose. Daech ne permet pas aux civils de fuir vers des zones qui sont sous le contrôle de nos forces. Évidemment, lors de l'assaut de Raqqa, les terroristes utiliseront des civils comme bouclier humain », a déploré M. Mansur.

    Cependant, il a assuré que certains résidents avaient réussis à s'échapper et à s'abriter sur le territoire libéré des terroristes.

    « A l'heure actuelle, environ 70 000 civils des villages et des villes du nord de la Syrie ont réussi à fuir Daech et ont trouvé un abri sur notre territoire. La zone autour de Raqqa est maintenant sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes », a précisé Nasır Hec Mansur.

    Raqqa reste sous le contrôle de Daech depuis 2014. Les FDS, qui se préparent à lancer une opération de libération de Raqqa en avril avec le concours de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, mènent actuellement des combats contre Daech aux abords de la ville.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

     

    Lire aussi:

    Six civils trouvent la mort dans une frappe de la coalition sur Raqqa
    L'armée syrienne libère le dernier bastion de Daech au nord-ouest de Raqqa
    Damas confirme: la coalition internationale derrière le raid meurtrier sur Raqqa
    La frappe de la coalition aurait fait des centaines de victimes près de Raqqa
    Tags:
    commandant, assaut, crise syrienne, Etat islamique, Forces démocratiques syriennes (FDS), Tabqa, Raqqa, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik