International
URL courte
10171
S'abonner

Aux États-Unis, les démocrates ne parviennent toujours pas à se remettre de leur revers électoral. Dans le New Hampshire, un sénateur a trouvé un nouveau bouc émissaire, après les hackers russes: la vodka russe.

Les sénateurs de l'État américain du New Hampshire ont rejeté un projet de loi proposant d'interdire la vente de la vodka russe suite aux accusations de Washington sur l'ingérence de Moscou dans la présidentielle américaine.

Le projet de loi a été déposé au début de janvier par Jeff Woodburn, leader de la minorité démocrate au sénat du New Hampshire. Le sénateur a proposé notamment de créer une commission spéciale qui devrait examiner, outre l'interdiction de vente de la vodka russe, le refus du fonds de pension de l'État d'investir dans des actifs en lien avec la Russie.

Selon l'agence Associated Press, l'initiative de Woodburn a été examinée et rejetée jeudi.

La Russie a démenti à maintes reprises les informations sur son implication dans les tentatives d'influer sur les élections aux États-Unis. Moscou qualifie ces accusations de gratuites.

Des hommes politiques occidentaux ont accusé la Russie d'être impliquée dans des cyberattaques contre leurs institutions publiques, sans toutefois présenter aucune preuve. Par la suite, aucune de ces informations n'a été confirmée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Les USA doivent «se rendre à Moscou, boire de la vodka avec Poutine et faire la paix»
Vodka, poisson et chewing-gums pour les acheteurs US de la motocyclette «Oural»
Garçon! Un verre de vodka et un secret de l’Otan!
Etrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
Tags:
projet de loi, interdiction, vodka, Jeff Woodburn, New Hampshire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook