International
URL courte
29312
S'abonner

Depuis son voyage à Moscou, la dirigeante du FN est constamment accusée d’avoir emprunté de l’argent aux banques russes pour financer sa campagne électorale. Dans une interview à Sputnik, le trésorier national du FN rejette toutes ces accusations et pointe du doigt les magistrats français.

Le voyage de Marine Le Pen à Moscou a provoqué une vague d'accusations de la part des médias français sur les possibles prêts russes destinés à financer sa campagne électorale. Ainsi, après « Le Point », c'est au tour de « Mediapart » de monter en épingle une « demande de prêt » de trois millions d'euros prétendument signé pour la présidentielle avec la banque russe Strategy Bank. Dans un communiqué envoyé ce jeudi, M. Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN, a aussitôt réagi en démentant toutes ces informations.

Interrogé par Sputnik, le trésorier a souligné que ce prêt n'avait jamais existé, tout en insistant sur le droit du FN d'emprunter de l'argent comme bon lui semblait, y compris aux banques russes.

Pour sa part, ces accusations infondées proviennent des magistrats français qui, toujours selon lui, sont payés pour divulguer ces informations.

« Il y a des magistrats français qui ont donné à « Mediapart » des documents qui sont des projets et qui proviennent des perquisitions qui ont été faites. Ces documents ne sont que des projets, mais à partir de là « Mediapart » écrit: "Le Front national, Marine Le Pen a emprunté en Russie". Ce ne sont pas les journalistes! », a-t-il déclaré.

Indigné par ces accusations, M. Wallerand de Saint-Just a confirmé que le parti avait porté plainte pour violation du secret de l'instruction et divulgation de pièces. Il a également fait remarquer qu'à chaque fois qu'il portait plainte, aucune enquête n'était ouverte. D'après lui, c'est la raison principale du manque de confiance dans la justice en France.

« Il y a un système en France qui existe depuis très longtemps, au terme duquel les policiers et les juges, les magistrats, de façon totalement malhonnête, distribuent les pièces aux journalistes pour des questions politiques, pour de l'argent, pour divers motifs. C'est ce qui fait qu'en France plus personne n'a la moindre confiance dans la justice et dans certains services de police », a-t-il expliqué à Sputnik.

En même temps, le trésorier déplore le fait que les personnes coupables puissent garder l'anonymat car « tout cela se passe dans le secret, avec de l'argent liquide ». Il est donc très difficile de réunir des preuves.

Par ailleurs, souhaitant garder le secret sur le financement de la campagne électorale de sa candidate, M. Wallerand de Saint-Just est bien conscient qu'il faudra la rendre transparente après la présidentielle.

« On le [le rapport financier, ndlr] donnera la commission spécialisée qui s'occupe de l'étude des comptes de campagne. On est obligé de les donner. Et on sait très bien que juste après il n'y a plus aucune confidentialité à partir de ce moment-là. En France, à partir du moment où vous donnez un document à l'administration — que ça soit la police ou la justice — vous courrez un grand risque que ça soit divulgué très rapidement, plus aucune confidentialité », a-t-il affirmé.

Néanmoins, malgré ces accusations, le trésorier assure que cela n'a pas l'effet escompté sur l'électorat, qui se tourne d'autant plus vers le FN.

« Au contraire, ces pratiques exaspèrent les Français qui voudraient avoir confiance en leur système judiciaire, mais qui voient bien que jour après jour ils se comportent très mal. Je dirais presque qu'à chaque fois qu'il y a une pratique de ce genre qui est révélée, nous entendons les voix tomber dans l'urne », conclut-il sur une note positive.

Vendredi 24 mars, la présidente du Front national a été reçue par le chef d'État russe au Kremlin. Au cours de cette rencontre, Vladimir Poutine a pointé que la Russie attachait une grande importance à ses relations avec la France et en même temps essayait de maintenir des relations harmonieuses avec le pouvoir en place ainsi qu'avec les représentants de l'opposition. Il a par ailleurs précisé qu'en aucun cas la Russie ne cherchait à influer sur les élections présidentielles en France.

De même, commentant la situation avec le financement possible de la compagnie électorale de la présidente du FN par des banques russes, Dimitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a qualifié cette possibilité comme « hautement improbable ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

L’euro à son plus bas depuis 2002 en cas de victoire de Le Pen en France
Le Pen et Fillon gagnent en popularité à 27 jours de la présidentielle
Le Pen croit, elle aussi, à des «écoutes» du pouvoir
Poutine et Trump, «des méchants» à ne pas fréquenter? Marine Le Pen s’en moque
Marine Le Pen prédit «la mort de l’UE»
Pour Marine Le Pen, Macron est «le Jean-Claude Van Damme de la politique»
Des protestations durant la prise de parole de Marine Le Pen à Lille
Assistants du FN: Marine Le Pen explique son refus de se rendre chez le juge
Tags:
Wallerand de Saint-Just, Marine Le Pen, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook