International
URL courte
Négociations sur le Brexit (2017) (148)
42339
S'abonner

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, menace de saper l'intégrité des États-Unis en réponse à leur soutien au Brexit. De plus, il n'a pas hésité à rappeler la nécessité de créer une armée européenne commune, en déclarant qu’une «horde de poules» était plus combative que l'UE.

Lors d'une réunion des dirigeants du Parti populaire européen de centre-droite à Malte, M. Juncker a affirmé que le Brexit ne serait pas la fin de l'Union européenne, même si certaines personnes, comme Donald Trump, aimeraient ces résultats.

De plus le président de la Commission européenne a menacé d'exiger l'indépendance des États américains de l'Ohio et du Texas, si le président américain, Donald Trump, ne cesse pas d'exhorter les Européens à suivre l'exemple du Royaume Uni et de se retirer de l'Union européenne, écrit Politico.

« Si cela continuera, je vais appeler l'Ohio à être indépendant et le Texas à sortir des États-Unis », a promis M. Juncker.

Les remarques de l'homme politique sont venues un jour après que Londres ai formellement notifié l'UE de son intention de partir.

« Le Brexit devrait être le début de quelque chose de nouveau, quelque chose de mieux », a déclaré M. Juncker. « Nous devons continuer ».

Juncker a ajouté qu'il y avait beaucoup pour les 27 autres membres de l'UE à faire, y compris le renforcement de la sécurité et de la politique de défense. « Un poulailler est une formation de combat rapproché comparée à la politique de sécurité de l'UE », a-t-il avoué.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Négociations sur le Brexit (2017) (148)

Lire aussi:

Et Theresa May signa la lettre du Brexit... Twitter explose en blagues
Gibraltar: l'Espagne aura son mot à dire après le Brexit
Brexit: une copie de la «lettre de divorce» sera conservée à Londres pour l'histoire
«Merci et au revoir», l’UE accepte la lettre britannique déclenchant le Brexit
Tags:
sécurité, menaces, indépendance, Brexit, Union européenne (UE), Donald Trump, Jean-Claude Juncker, Texas, Londres, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook