Ecoutez Radio Sputnik
    Avions Tornado

    Ancien officier de l’Otan: «Nous approuvons le meurtre de civils!»

    © REUTERS / Fabian Bimmer
    International
    URL courte
    62657

    Dans la guerre aérienne contre le groupe terroriste Daech, la stratégie de ce dernier consiste à se mêler à la population civile pour en faire les premières victimes des frappes, et la situation d’Alep ne se distingue pas de celle de Mossoul, a indiqué à Sputnik l’ancien officier de l’Otan Ulrich Scholz.

    La participation de la Bundeswehr aux frappes aériennes de la coalition internationale contre les djihadistes de l'État islamique (Daech) ne se limite pas à des vols de reconnaissance de Tornado, les conseillers du gouvernement fédéral allemand inspectant chaque cible, a déclaré à Sputnik l'ex-planificateur d'intervention de l'Otan Ulrich Scholz.

    « Ces derniers disent : "cette cible peut coûter dix vies de civils au maximum". Ensuite, des frappes sont portées », a précisé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que cela signifiait que le « dommage collatéral » était accepté par avance.

    Tornado contre Daech
    © REUTERS / Russell Cheyne

    « Cela veut dire que l'étonnement manifesté par les politiciens et les médias suite à l'information selon laquelle les avions de reconnaissance allemands Tornado avaient participé aux frappes de la coalition anti-Daech qui s'étaient soldées par des victimes parmi la population civile n'aurait été qu'une simulation pure et simple », a souligné l'ancien lieutenant-colonel de la Bundeswehr.

    M. Scholz explique l'indignation qui gagne les réseaux sociaux par le fait que la Bundeswehr s'avère impliquée dans les bombardements de la population civile, alors qu'il s'agit tout simplement d'une guerre aérienne « classique » modèle USA ou Otan.

    « Quoi qu'il en soit, un adversaire tel que Daech dans une guerre asymétrique contre une armée régulière n'a d'autre chance que de se mêler à la population civile […] de sorte que, lors des frappes aériennes, les obus tombent sur des civils. C'est sa stratégie », commente l'ancien planificateur d'intervention de l'Otan.

    Selon ce dernier, dès le début, le « dommage collatéral » est accepté, y compris par la partie allemande.

    « Aussi cynique que cela soit, nous l'acceptons. […] Nous approuvons le meurtre de civils ! Une telle guerre est tout simplement amorale », résume l'interlocuteur de Sputnik.

    M. Scholz, qui a lui-même été pilote de Tornado par le passé, relève par ailleurs que ces avions ne conviennent absolument pas pour des opérations contre Daech.

    « Les images qu'ils fournissent ne permettent pas de voir où se trouvent les combattants de Daech. Les Tornado font par conséquent partie d'une "chaîne meurtrière" dans cette guerre, et la Bundeswehr répond elle aussi des victimes parmi la population civile », souligne-t-il.

    L'ex-officier de l'Otan conclut que les affirmations selon lesquelles l'armée syrienne ou les forces russes tuent volontairement la population civile à Alep « se trouvent en contradiction flagrante avec le bon sens », une guerre aérienne contre des forces asymétriques affectant toujours les civils, et la situation à Alep ne se distinguant pas de celle de Mossoul.

    « Une seule solution valable consisterait à stopper la guerre et à s'assoir à la table des négociations », conclut Ulrich Scholz.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Une liste de djihadistes de Daech ayant regagné l’Allemagne découverte
    L’Allemagne dans le viseur de Daech?
    L'Allemagne veut envoyer plus de mille soldats contre Daech
    Tags:
    meurtre, civils, frappe aérienne, chasseur Tornado, Bundeswehr (armée allemande), Sputnik, OTAN, Etat islamique, Ulrich Scholz, Mossoul, Alep, Syrie, Irak, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik