International
URL courte
1310
S'abonner

Dans le livre intitulé «Hit and Run», on apprend que des troupes néo-zélandaises pourraient avoir été impliquées dans l'assassinat de civils et le recel de crimes en Afghanistan, information que Nasim Azad, militant afghan des droits de l’homme, a commentée pour Sputnik.

Paru il y a une semaine, le livre « Hit and Run » (« Frappe et file »), ouvrage des journalistes d'investigation Nicky Hager et Jon Stephenson, renferme des révélations graves sur la mort de civils afghans aux mains des troupes néo-zélandaises, information qui n'a rien d'étonnant, a déclaré à Sputnik le militant afghan des droits de l'homme Nasim Azad.

« Malheureusement, je n'en suis pas surpris du tout. En 2001, la coalition internationale conduite par les États-Unis a annoncé son intention de combattre le terrorisme en Afghanistan. Par la suite, nous avons constaté que cette guerre n'était pas menée seulement contre le terrorisme, mais aussi contre la population civile de notre pays », a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que cette guerre était menée sans scrupules, sournoisement et de façon lâche.

« Il n'était même pas question des normes du droit international sur le non-engagement de la population civile dans les hostilités. C'est ainsi que la cible a changé, passant des terroristes aux femmes, aux enfants et aux vieillards sans protection », a constaté M. Azad.

Selon la presse internationale, suite à la publication du livre, les appels se multiplient pour que le gouvernement néo-zélandais ouvre une enquête sur l'opération de ses forces spéciales en Afghanistan en 2010 qui aurait provoqué la mort de six civils, dont une fillette de trois ans. De son côté, l'armée néo-zélandaise s'était murée dans le silence, avant d'affirmer que neuf Talibans avaient été tués, tout en soutenant qu'aucun civil n'avait perdu la vie.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La coalition occidentale quitte l'Afghanistan
Afghanistan: la coalition n'a pas rempli sa mission (ambassadeur)
Afghanistan: retrait de la Nouvelle-Zélande avant avril 2013 (ministre)
«Je ne me prends pas pour un prophète»: Didier Raoult défend à nouveau l'hydroxychloroquine
Tags:
talibans, civils, population, vieillard, enfants, femmes, terrorisme, coalition, hostilités, Sputnik, Jon Stephenson, Nicky Hager, Nasim Azad, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Afghanistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook