Ecoutez Radio Sputnik
    Gulmurod Khalimov (au centre)

    Le « ministre de la guerre » de Daech tué à Mossoul

    © Photo. Youtube / CATV NEWS
    International
    URL courte
    175059291

    Un chef militaire de Daech surnommé le « ministre de la guerre » par les djihadistes a été abattu à Mossoul lors d’une frappe aérienne, la troisième dont il était la cible au cours de ces derniers mois, communique le Times.

    Goulmourod Khalimov, originaire du Tadjikistan, a commencé sa carrière militaire dans les forces spéciales soviétiques. Après la dislocation chute de l'URSS, il a commandé les unités anti-émeute et a servi dans la garde présidentielle.

    Selon le Times, il a suivi un stage d'entraînement de cinq ans dans une base militaire américaine où les instructeurs faisaient partie de la société militaire privée Blackwater.

    En 2015, il s'est a rejoint aux les terroristes et est parti pour la Syrie avant de se retrouver à Mossoul où il était chargé de la planification de la défense de la ville et, en outre, a organisé de nombreux attentats à la voiture piégée contre la coalition.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un chef de Daech éliminé par les Forces démocratiques syriennes
    Le chef de Daech pourrait se trouver encerclé à Mossoul
    La coalition US dit avoir éliminé le chef de la propagande de Daech

    Lire aussi:

    Une piste balte dans l’assassinat de deux figures de l'insurrection du Donbass?
    Deux militaires russes morts en Syrie, un autre blessé
    Hmeimim: de l’aérodrome abandonné à l’avant-poste russe ultra-moderne
    Tags:
    décès, cibles, frappe aérienne, Blackwater, Etat islamique, Goulmourod Khalimov, Mossoul
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik