Ecoutez Radio Sputnik
    Damas. Image d'illustration

    Attaque chimique à Idlib: Damas a invité des enquêteurs de l'OIAC

    © AP Photo / Hassan Ammar
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    250
    S'abonner

    Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a souligné samedi la nécessité de dépêcher en Syrie une équipe d'inspecteurs de l'OIAC pour mener une enquête impartiale et exhaustive sur l'attaque chimique du 4 avril. Et d'ajouter qu'une invitation officielle de Damas avait déjà été envoyée à La Haye.

    Les autorités syriennes ont déjà adressé une invitation officielle à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) afin d'enquêter sur les circonstances de l'incident chimique survenue le 4 avril dernier dans la province d'Idlib, a déclaré samedi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

    « Le gouvernement a déjà officiellement invité des expert en adressant une invitation ad hoc au siège de l'organisation à La Haye », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue qatari Mohammed bin Abdulrahman bin Jassim Al Thani.

    Nécessité d'une enquête impartiale

    Et d'ajouter que Moscou insisterait même au Conseil de sécurité de l'Onu pour que des experts de l'OIAC soient envoyés d'urgence sur les lieux de l'attaque chimique à Idlib ainsi qu'à la base aérienne syrienne de Shayrat, cible de frappes de missiles américains.

    « Nous considérons qu'une enquête objective, impartiale, exhaustive et professionnelle s'impose et dans le cadre de l'OIAC ainsi qu'à New York, à l'Onu, nous insisterons sur un envoi urgent d'inspecteurs sur les lieux de l'incident ainsi qu'à l'aérodrome où, comme l'assurent nos confrères occidentaux, des projectiles étaient garnis de substances chimiques », a expliqué M. Lavrov.

    Et d'ajouter qu'il n'existait aucune raison pour que l'OIAC mène une enquête à distance. Selon M. Lavrov, si une équipe d'inspecteurs professionnels et impartiaux est dépêchée sur les lieux, il sera possible de désigner le coupable.

    « Les coupables du recours à des armes chimiques devront alors en répondre », a souligné le chef de la diplomatie russe.

    « Je ne veux pas actuellement raisonner sur la nécessité de mettre en place un tribunal spécial. On a déjà créé de nombreux tribunaux, sans qu'ils ne bénéficient, malheureusement, d'une bonne réputation auprès de la communauté internationale. Mais on trouvera sans doute le moyen d'obtenir que ceux qui ont commis [cette attaque, ndlr] n'échappent pas à leur responsabilité ».

    Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

    Des sources locales proches de l'opposition font état de 80 morts et de 200 blessés et en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

    Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

    Suite à l'attaque chimique en question, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe contre la base de Shayrat. Le 7 avril, 59 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui croisaient en Méditerranée, faisant selon diverses sources des victimes et causant d'importantes destructions.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    La Russie propose que des experts internationaux mènent une enquête sur l’attaque d’Idlib
    Poutine et Erdogan prônent une enquête rapide sur l'incident d'Idlib
    Moscou: l’enquête doit porter sur l’attaque d’Idlib et sur la frappe US sur Shayrat
    Tags:
    enquête, attaque chimique, OIAC, Sergueï Lavrov, Russie, Idlib, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik