Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Trump candidat vs Trump Président: entre les promesses et les faits

    © REUTERS/ Carlos Barria
    International
    URL courte
    121385318

    Moins de trois mois se sont écoulés depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, toutefois cette courte période est déjà suffisante pour dresser une liste de divergences entre les promesses faites par Trump pendant la campagne et son action en qualité de 45e Président américain.

    Tout au long de sa campagne électorale, Donald Trump avait assuré que les États-Unis ne devaient plus jouer le rôle de gendarme du monde et prêter l'oreille à Pékin. Toutefois, depuis son arrivée au Bureau ovale, Donald Trump Président semble avoir révisé en profondeur ses positions. En voici quelques exemples.

    Sur l'Otan, organisation « obsolète »

    Donald Trump qui assurait que l'Alliance atlantique était « obsolète » semble avoir changé de point de vue depuis qu'il a quitté la Trump Tower.

    Aujourd'hui, le nouvel hôte de la Maison-Blanche juge que l'Otan est un « rempart pour la paix internationale et la sécurité ».

    Sur l'empire du Milieu

    La vue depuis les trois fenêtres du Bureau ovale a en outre changé l'attitude du 45e Président américain sur les relations avec Pékin. Il ne dit plus qu'il ne laissera pas la Chine lui dicter ses conditions, mais met en valeurs ses relations amicales avec le dirigeant chinois Xi Jinping. La relation Washington-Pékin est désormais « exceptionnelle ».

    Sur la Russie

    Les projets d'amélioration des relations avec Moscou ne sont plus pour demain : le Président Trump ne cherche plus à profiter de l'« amitié » avec la Russie pour faire front uni contre l'État islamique (Daech).

    Nous n'avons pas de compréhension mutuelle avec la Russie. « Les relations entre nos deux pays sont peut-être au plus bas [niveau, ndlr] de tous les temps », constate-t-il aujourd'hui.

    Sur l'ingérence dans les affaires de pays tiers

    La critique des interventions entreprises par ses prédécesseurs et son « No » au rôle de gendarme du monde ne sont plus d'actualité.

    Moins de trois mois après son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump a ordonné des frappes de missiles en Syrie.

    « J'ai ordonné des frappes militaires sur l'aéroport d'où est partie l'attaque chimique », a déclaré le Président le 7 avril, trois jours après l'attaque de Khan Cheikhoun, dont les origines restent controversées en l'absence d'une enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Moins d'une semaine après cette attaque, l'aviation américaine a largué sur l'Afghanistan sa plus puissante bombe non-nucléaire, surnommée la « mère de toutes les bombes ».

    Rédigé sur la base d'un article de RT.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Trump vs Kim Jong-un: pourquoi le Président US ne peut pas gagner?
    Mieux vaut jouer les fourmis que les cigales: Trump se prépare à la présidentielle 2020
    Les meilleures perles du porte-parole de Trump
    Trump est-il sincère dans ses déclarations sur la dégradation des relations avec Moscou?
    Irak ou Syrie: le gâteau a-t-il rendu Trump gâteux?
    Tags:
    divergences, promesses électorales, OIAC, OTAN, Donald Trump, Xi Jinping, Afghanistan, Chine, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik