Ecoutez Radio Sputnik
    Idlib

    Attaque chimique à Idlib: un ex-officier de la CIA accuse Daech

    © AFP 2017 Mohamed al-Bakour
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (64)
    63043531

    L’utilisation d'ypérite par Daech en Irak confirme le fait que l’attaque chimique d’Idlib a été perpétrée non par Damas, mais par des terroristes, a déclaré à Sputnik un ancien officier de la CIA.

    Le fait que les combattants de Daech ont utilisé du gaz moutarde contre une base militaire en Irak indique que l'attaque chimique du 4 avril à Khan Cheikhoun a elle aussi été perpétrée par des terroristes, estime l'ex-officier de la CIA Philip Giraldi.

    Auparavant, la chaîne CBS a annoncé que les combattants du groupe terroriste Daech avaient utilisé récemment du gaz moutarde contre une base militaire en Irak, où se trouvaient alors des conseillers américains et australiens. Six soldats américains ont été hospitalisés avec des problèmes respiratoires. En outre, au moins 25 soldats ont dû être soignés en toute urgence.

    « Les déclarations de la Maison-Blanche selon lesquelles seul gouvernement syrien a pu utiliser des armes chimiques sont erronées », a déclaré à Sputnik Philip Giraldi.

    Il a également noté que l'incident d'Idlib rappelait les attaques perpétrées auparavant par différents groupes terroristes.

    Des analystes américains indiquent également que l'utilisation de substances toxiques par Daech est largement connue.

    Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

    Des sources locales proches de l'opposition font état de 80 morts et de 200 blessés et en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

    Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (64)

    Lire aussi:

    Russie et Iran présentent à l’OIAC un nouveau projet sur l’attaque chimique à Idlib
    Lavrov: après l’attaque d’Idlib, de nouvelles provocations se préparent en Syrie
    Daech multiplie les attaques chimiques sur le territoire irakien
    L’opposition syrienne responsable de l’attaque chimique à Idlib, selon un professeur
    Tags:
    gaz moutarde, CIA, Etat islamique, Philip Giraldi, Khan Cheikhoun, Idlib, Syrie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik