Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    Pierre le Corf: l’aide humanitaire de l’Occident à Alep, «on n’en a pas vu la couleur»

    © REUTERS/ Ali Hashisho
    International
    URL courte
    Situation à Alep (2017) (22)
    14420

    Depuis le début de la guerre en Syrie, Pierre le Corf est le seul Français sur le terrain. Parlant sans détours de la situation à Alep, il a souvent été fustigé par les médias occidentaux qui l’accusent de faire la promotion des autorités syriennes. Sputnik l’a contacté pour connaître l’état des choses après la libération d’Alep.

    Dans une interview accordée à Sputnik, Pierre Le Corf, l'un des rares humanitaires européens à Alep, évoque la situation actuelle dans cette ville encore déchirée par les combats, les projets humanitaires à venir sur le terrain et la couverture des évènements dans les médias occidentaux.

    Il ne faut pas oublier que même sur fond de libération d'Alep, les combats se poursuivent encore, explique Pierre le Corf, fondateur de l'ONG WeAreSuperheroes et l'un des rares humanitaires européens présents dans cette ville du nord de la Syrie.

    Les terroristes n'ont pas quitté le terrain, bien au contraire, « tous les terroristes qui étaient envoyés de toute la Syrie vers Idlib, maintenant reviennent sur Alep ». Ainsi, l'armée mène des combats contre ce mal en permanence, puisqu'à un kilomètre seulement du centre-ville, « les gens continuent de mourir tous les jours », « on continue à être bombardés au quotidien par des mortiers et des roquettes » :

    « Ils sont plusieurs milliers, deux à quatre groupes djihadistes qui sont face à la ville. Ils sont tous communiquant, depuis notre banlieue jusqu'à Idlib, tout le long de la route qui va vers la Turquie. »

    En outre, il souligne qu'« il n'y a pas de répit pour les gens qui essayent de quitter la guerre » en s'échappant de la ville, puisqu'il existe une attaque terroriste « punitive » dans ce cas-là :

    « L'attaque terroriste visant des cars, c'est l'attentat "punitif". Toutes les personnes qui continuent à s'échapper des zones terroristes sont punies. »

    Les terroristes utilisent largement les souterrains, où ils ont creusé des tunnels, surtout dans le quartier Rachedine, par le biais desquels ils s'enfuient, où ils se cachent, où ils vivent et où ils font exploser les bombes souterraines :

    « Il faut savoir que quand l'aviation attaque ces groupes armés, elle se retrouve à pilonner les buildings vides. […] La plupart des structures des bâtiments dans les zones de dommages sont vraiment sensibles, on serait obligé de détruire les bâtiments touchés. »

    Cependant, il y a énormément d'humanitaires qui viennent sur Alep actuellement, explique M. le Corf, surtout « la Mission pour la paix de la Russie distribue beaucoup de provisions et d'aide, ainsi que le gouvernement et les associations internationales ». « Moi aussi, même si je n'ai pas la prétention de cette grandeur », poursuit-il.

    Pourtant, il est difficile de dire pareilles choses de l'aide humanitaire de l'Occident :

    « Malheureusement, à l'extérieur, les pays occidentaux parlent du conflit syrien, mais la seule chose qu'ils envoient en Syrie c'est les roquettes ou les missiles balistiques qui nous sont tombés sur la tête. L'aide humanitaire, on n'en a pas vu la couleur. »

    En parlant des projets dans l'immédiat de son organisation, il confie qu'ils envisagent de construire des potagers dans les zones des réfugiés, ainsi que leur apprendre à les cultiver. En outre, ils vont distribuer une aide à 300 familles pauvres.

    Même si la guerre est toujours là, doucement la vie retrouve son chemin à Alep. Les familles continuent de déménager les décombres, recommencent leurs vies pas à pas

    Опубликовано Pierre Le Corf 14 апреля 2017 г.

    Cela arrange tout le monde de détourner Mossoul des regards, comme cela a arrangé tout le monde de ne plus parler d'Alep à un certain moment, estime Pierre le Corf :

    « Il s'agit d'une couverture média aléatoire, en fonction d'agendas. Aujourd'hui, avec les bombardements et les pertes civiles à Mossoul, tout le monde remet cela sur le tapis. Mais c'est de la couverture journalistique et humanitaire sélective. J'ai l'impression que ces couvertures journalistiques soi-disant humanitaires, ce sont plutôt des mécanismes politiques », conclut-il.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Situation à Alep (2017) (22)

    Lire aussi:

    Avant l'attentat d'Alep, «les terroristes ont attiré les enfants avec de la nourriture»
    Syrie: 7,9 t d'aide humanitaire russe pour les habitants d'Alep et de Lattaquié
    Damas saisit l'Onu suite à l'attentat d'Alep
    Le témoignage de Pierre Le Corf sur Noël à Alep libérée et les cadeaux pour les enfants
    Pierre Le Corf: «Alep est libérée. Les gens sont tellement heureux ici»
    Tags:
    guerre, Pierre Le Corf, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik