International
URL courte
1102
S'abonner

Le programme de détection à distance des explosifs, connu sous le nom de STANDEX, fruit du travail commun entre des experts de l’Otan et leurs collègues russes, aurait pu aider à empêcher de nombreux attentats s’il n’avait pas été suspendu, déplore l'ambassadeur russe auprès de l'Otan Alexandre Grouchko.

Les divergences entre l'Otan et la Russie de ses dernières années ont débouché sur la suspension du projet commun destiné à empêcher les attentats en détectant les explosifs à distance, connu sous le nom de STANDEX, raconte dans une interview au quotidien russe Izvestia l'ambassadeur de la Russie auprès de l'Otan Alexandre Grouchko.

« Le système a été élaboré, avant tout, pour protéger les gens dans les transports, les infrastructures critiques, les lieux de rassemblement massif », explique-t-il.

« Revenant aux tragédies de Saint-Pétersbourg, de Bruxelles et d'autres villes, on se rend compte l'envergure du désastre qu'a provoqué cette décision. Il s'agit ici de sauver ou non des vies », a poursuivi M. Grouchko.

Qualifiant de « contreproductive » la décision d'arrêter la coopération dans un domaine d'intérêt commun, M. Glouchko a estimé que l'Otan portait atteinte à la sécurité commune au niveau européen, mais aussi contribuait à miner la sécurité de citoyens de ses pays membres.

Le système de détection d'explosifs à distance, Standex, est souvent appelé par les spécialistes « nez électronique ». Cet appareil doit permettre de déceler des explosifs même en quantité négligeable (250 g de TNT au minimum), sur un kamikaze se trouvant dans la foule. Il peut être déployé discrètement dans les zones d'affluence, notamment dans les gares, les aéroports, le métro, etc. Le programme a été gelé en 2014 suite aux divergences entre l'Otan et la Russie sur l'Ukraine.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Le renseignement danois avertit les soldats de l'Otan contre les «pièges à miel» russes
L’Otan dresse l’inventaire des décollages d’urgence de ses avions à cause de la Russie
Les autorités du Monténégro craignent un référendum sur l’adhésion à l’Otan
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
Tags:
terrorisme, OTAN, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook