International
URL courte
Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
20530
S'abonner

Washington et ses alliés ne laissent pas l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) enquêter sur l’incident dans la ville syrienne de Khan Cheikhoun, a déclaré le Président syrien Bachar el-Assad dans une interview accordée à la chaîne vénézuélienne teleSUR.

Interviewé par la chaîne vénézuélienne teleSUR, le Président syrien Bachar el-Assad a déclaré que Washington et ses alliés entravaient les enquêtes de l'Organisation pour l'interdiction d'armes chimiques (OIAC) de l'incident à Khan Cheikhoun et empêchaient l'envoi de missions devant mener ces enquêtes. Le texte de l'interview est diffusé par l'agence syrienne Sana.

« Cela a été répété la semaine dernière, quand nous avons appelé à enquêter sur l'utilisation présumée d'armes chimiques dans la ville de Khan Cheikhoun. Les États-Unis et leurs alliés n'ont pas laissé l'OIAC enquêter et donner ses conclusions », a indiqué le Président syrien.

Selon Bachar el-Assad, si l'OIAC ne mène pas l'enquête, Washington pourra simuler l'utilisation d'armes chimiques quelque part en Syrie, afin de justifier une intervention militaire pour soutenir les terroristes.

Le 4 avril dernier, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants. Des sources locales proches de l'opposition font état de 80 morts et de 200 blessés et en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

La base aérienne syrienne de Shayrat a été visée par 59 missiles américains dans la nuit du 6 au 7 avril. Selon l'hypothèse des États-Unis, cet aérodrome a servi de point de départ pour les avions syriens qui ont attaqué l'opposition à Khan Cheikhoun, entraînant l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants. Washington a tiré ses missiles sans attendre les résultats de l'enquête.

Si Damas rejette toutes ces accusations, la Russie appelle pour sa part à inspecter la base de Shayrat dans le cadre d'une enquête impartiale avec la participation de l'OIAC. En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

Lire aussi:

La Maison-Blanche ne contrôlera plus le nombre de soldats US déployés en Syrie et Irak
USA: la Turquie frappe des cibles kurdes en Syrie et en Irak sans coordonner son attaque
La Russie livre eau et fret humanitaire à la Syrie
La Turquie frappe des positions kurdes en Syrie et en Irak, des morts
Tags:
enquête, OIAC, Bachar el-Assad, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook