International
URL courte
015
S'abonner

L'opération de libération de Mossoul traîne en longueur en raison du fait que les États-Unis ne fournissent pas assez d'armements modernes à l'armée irakienne, estime l'expert militaire Ahmad al Sharifi, contacté par Sputnik.

Entamée en octobre 2016, l'opération visant à reprendre la ville irakienne de Mossoul des mains des djihadistes de Daech est compliquée par le manque d'armes modernes dans les forces gouvernementales, indique l'analyste irakien Ahmad al Sharifi. Selon lui, les États-Unis ne livrent « délibérément » pas des armes de haute précision à l'armée irakienne, ce qui entrave sa progression dans la zone de Mossoul.

En même temps, l'opération anti-Daech en Irak est compliquée par la position adoptée par certains pays de la région, qui placent leurs propres intérêts avant ceux de la lutte antiterroriste.

« La coalition internationale compte 62 pays, dont les États-Unis, qui disposent d'une énorme capacité militaire et des armes les plus modernes. Or, les raids des avions étrangers ne produisent pas d'effet vraiment écrasant. La guerre contre Daech est instrumentalisée pour faire pression sur les hommes politiques dans divers pays », explique l'interlocuteur de l'agence.

Toujours d'après lui, la Turquie cherche à « profiter de la situation difficile en Irak » et empêche l'entrée de l'armée irakienne dans les villes de Tal Afar et de Hawija. Pour sa part, l'Irak, englouti par une guerre avec le terrorisme, n'a pas les moyens de contrer les démarches d'Ankara, explique M. al Sharifi.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Comment Daech utilise son réseau de tunnels sous Mossoul
Le tireur d'élite numéro un de Daech abattu à Mossoul
Assad: Washington permet aux terroristes délogés de Mossoul de passer en Syrie
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Tags:
Irak, Mossoul, Ahmad al Sharifi, Etat islamique, coalition anti-Daech, lutte antiterroriste, armes de précision, armée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook