International
URL courte
227
S'abonner

Le Mexique a été, derrière la Syrie, le pays qui a connu en 2016 le plus grand nombre d'assassinats, notamment à cause des cartels de la drogue.

Le Mexique a généré l'an dernier le plus d'homicides volontaires au monde, en excluant la Syrie en pleine guerre civile, révèle une étude de l'Institut international pour les études stratégiques (IISS) cité par le journal britannique The Independent.

Au total, 60 000 personnes ont été tuées l'année dernier en Syrie, ravagée depuis 2011 par un conflit dévastateur, alors qu'au Mexique, 23 000 meurtres ont été recensés sur fond de confrontation incessante entre divers clans de trafiquants de drogue.

Selon Antonio Sampaio, expert de l'IISS, il est très rare que la violence criminelle atteigne les niveaux d'un conflit armé. « C'est pourtant ce qui se passe dans le triangle nord de l'Amérique centrale (Honduras, Guatemala, Salvador, avec 16 000 homicides), et surtout au Mexique », a indiqué M. Sampaio.

En troisième position du classement figure l'Irak, dont plusieurs provinces sont toujours contrôlées par les djihadistes de Daech, avec 17 000 personnes tuées, alors que l'Afghanistan est classé quatrième avec 16 000 meurtres. Parmi d'autres pays ayant enregistrés le plus d'homicides en 2016 figurent le Yémen, la Somalie, le Soudan et le Soudan du Sud, ainsi que la Turquie et le Nigeria.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Un inconnu ouvre le feu lors d'un festival au Mexique, des victimes
Le narcotrafiquant mexicain «El Chapo» extradé vers les USA
Un Breivik mexicain? El Chapo se plaint de son cachot
Ce marin mexicain qui habille les narcotrafiquants en lingerie
Tags:
trafic de drogue, crise syrienne, guerre, étude, meurtre, Institut international pour les études stratégiques (IISS), Syrie, Mexique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook