Ecoutez Radio Sputnik
    Grozny, Tchétchénie

    Les journalistes tchétchènes adressent une lettre au Haut-commissaire de l’Onu

    © Sputnik. Said Tzarnaev
    International
    URL courte
    61519163

    Suite aux accusations des autorités tchétchènes dans les enlèvements présumés d’homosexuels, l’Union des journalistes du pays concerné a adressé une lettre au Haut-commissaire de l’Onu qualifiant ces affirmations de «mensongères» et «ne correspondant pas à la réalité». «Nous exigeons de mettre fin à ces persécutions», a donc été écrit.

    Les enlèvements présumés d'homosexuels en Tchétchénie ne cessent de faire couler de l'encre depuis le début du mois d'avril. Indignée par des accusations « infondées » à l'encontre du gouvernement de leur pays, l'Union tchétchène des journalistes a adressé une lettre à Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-commissaire de l'Onu, réclamant de mettre fin à cette « persécution ».

    « Nous disposons des preuves pour affirmer que les accusations à l'encontre de la République tchétchène sur les présumées actions illégales affectant les citoyens homosexuels sont totalement infondées et ne correspondent pas à la réalité. Nous exigeons donc la fin de cette campagne de persécution de la République tchétchène et de notre peuple », relate la lettre.

    Par ailleurs, les journalistes soulignent que toutes les questions liées aux actions illégales à l'encontre des citoyens doivent être traitées par des organes judiciaires et des services de l'ordre en conformité avec la constitution russe.

    En outre, l'Union tchétchène des journalistes a déclaré préparer une lettre similaire qui serait adressée à l'Organisation internationale des journalistes, qui siège en Belgique.

    Au début du mois d'avril, le journal russe Novaïa Gazeta a affirmé que plus d'une centaine d'homosexuels avaient été arrêtés ou enlevés en Tchétchénie et que certains d'entre eux avaient été tués. Le journal n'a toutefois précisé ni la date ni les noms des personnes enlevées. Le porte-parole du Président de la république tchétchène Alvi Kerimov a qualifié ces informations de mensongères. Ainsi, selon Mme Moskalkova, le ministre tchétchène de l'Intérieur « n'a reçu aucune plainte pour enlèvement entre le 1er janvier et le 1er avril ». La déléguée russe aux droits de l'homme compte en outre contacter le dirigeant d'une ONG citée par le journal Novaïa Gazeta pour vérifier ses sources et obtenir les noms des victimes présumées.

    Le porte-parole du Président russe Dmitri Peskov a pour sa part annoncé que le Kremlin était au courant de cette affaire et que les organes judiciaires vérifieraient les informations sur les attaques présumées contre les homosexuels en Tchétchénie.

    Le Conseil pour le développement de la société civile et les droits de l'homme auprès du Président de la Tchétchénie avait antérieurement indiqué qu'il n'avait trouvé aucune preuve attestant que les homosexuels seraient visés dans le pays. Dans sa déclaration, le Conseil a indiqué que la Tchétchénie respectait la vie humaine « indépendamment des appartenances raciales, ethniques, religieuses ou autres de la personne ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Tchétchénie: Kadyrov a toujours rêvé d'être un homme libre
    Tchétchénie: tête-à-tête avec Kadyrov après avoir soutenu l’EI sur le net
    Tchétchénie: ouverture de la première plage réservée aux femmes
    Tags:
    ONU, Zeid Ra'ad al-Hussein, Tchétchénie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik