Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    WannaCry: le Conseil de sécurité de Russie exclut la piste de services spéciaux

    © Sputnik . Nathalia Seliverstova
    International
    URL courte
    Cyberattaque Wannacry (15)
    261
    S'abonner

    Si les services spéciaux avaient été derrière le piratage, les conséquences de l'attaque WannaCry auraient eu une ampleur différente, considère le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie.

    Rien ne laisse penser que des services spéciaux d'un quelconque pays soient derrière l'attaque WannaCry qui a récemment contaminé des centaines de milliers d'ordinateurs à travers le monde, estime le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie Nikolaï Patrouchev. Pour lui, si c'était le cas, les conséquences d'une telle attaque auraient été beaucoup plus importantes.

    « Nous ne disposons actuellement pas de données laissant croire que la cyber-attaque ait été perpétrée par des services spéciaux d'un quelconque pays. Mais le fait que cette attaque a été menée à l'aide de spécialistes hautement qualifiés est prouvé. Si c'étaient les services spéciaux, les conséquences auraient été beaucoup plus sérieuses », a déclaré mardi le responsable.

    Et de rappeler que le virus avait touché plus de 200 000 PC dans 150 pays, dont la Russie. Toutefois, les mesures mises en place à temps en Russie ont permis d'éviter les conséquences dans toute leur ampleur.

    La cyberattaque utilisant le virus WannaCry est considérée comme le plus grand piratage à rançon de l'histoire. L'attaque a fait, selon Europol, 300 000 victimes dans au moins 150 pays depuis le 12 mai. Les pirates ont utilisé une faille de sécurité dans le système d'exploitation Windows utilisée par la NSA, « EternalBlue », dont l'existence a été révélée mi-avril 2017 par les groupes de hackers appelés The Shadow Brokers et Equation Group.

    Parmi les organisations touchées par cette attaque, on retrouve notamment l'entreprise Vodafone, le groupe américain FedEx, le constructeur automobile français Renault, le National Health Service britannique, la Deutsche Bahn et des universités en Grèce et en Italie. Le ministère français de la Défense serait aussi concerné.

    En Russie, les plus importants opérateurs mobiles, tels que Mégaphone, MTS et VimpelCom, les ministères de l'Intérieur et de la Santé publique ainsi que plusieurs banques, y compris la Sberbank, la plus grande banque d'Europe orientale, ont été ciblés par la cyberattaque d'envergure.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Cyberattaque Wannacry (15)

    Lire aussi:

    Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale de hackers»
    Attaque informatique de portée mondiale: Snowden y voit la patte de la NSA
    Tags:
    services spéciaux, cyberattaque, WannaCry, Conseil de sécurité de la Russie, Nikolaï Patrouchev, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik