International
URL courte
6219
S'abonner

Les États-Unis ont élargi leur liste de personnes morales et physiques syriennes sanctionnées, y ajoutant entre autres, les noms de deux cousins de Bachar el-Assad.

Le département américain du Trésor a inscrit cinq personnes physiques et cinq personnes morales syriennes sur sa liste de sanctions suite au conflit qui se poursuit dans ce pays proche-oriental, dont Washington rejette exclusivement la responsabilité sur le Président Bachar el-Assad.

« Le ministère des Finances introduit des sanctions contre des individus et des entreprises supplémentaires suite à la poursuite de violentes attaques du gouvernement syrien contre les citoyens syriens », indique le département dans un communiqué.

Dans cette liste, on trouve entre autres les noms de deux cousins du Président syrien, Rami et Iyad Makhlouf, la banque Cham Bank et la Compagnie syrienne pour l'information et les technologies (SCIT).

Et d'ajouter que les personnes et les entreprises concernées avaient « fourni un soutien ou rendu des services au gouvernement syrien, ou appartiennent, sont gérées ou représentent les intérêts des personnes ou des entreprises mentionnées ».

Rappelons que fin avril les États-Unis avaient visé de sanctions 271 scientifiques d'une centre de recherche syrien.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
Moscou mettra son veto aux sanctions contre la Syrie
Paris et Londres veulent de nouvelles sanctions contre la Syrie, Moscou proteste
Les États-Unis sanctionnent 271 scientifiques syriens
Tags:
conflit, sanctions, Département du Trésor américain, Bachar el-Assad, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook