Ecoutez Radio Sputnik
    Intronisation du chef de l’Église orthodoxe d’Ukraine du Patriarcat de Moscou

    L’ambassadeur d’Ukraine convoqué au Vatican: Kiev dément

    © Sputnik. Evgeny Kotenko
    International
    URL courte
    0 34262

    Un scandale religieux fait rage en Ukraine. Le Parlement ukrainien souhaitant adopter des lois réprimant l’Église orthodoxe d’Ukraine du Patriarcat de Moscou, la communauté religieuse internationale exprime sa préoccupation. Cependant, l'annonce d'une convocation de l’ambassadeur de Kiev devant le pape de s'est révélée fausse.

    Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a démenti l'information selon laquelle l'ambassadeur d'Ukraine au Vatican aurait été convoqué devant le pape en raison de projets de loi à scandale visant l'Église orthodoxe d'Ukraine du Patriarcat de Moscou (EUPM).

    Cette information a été diffusée jeudi par le clerc de l'EUPM, Nikolaï Danilevitch.

    « Le Vatican est préoccupé par la possibilité d'adoption des [projets de loi contre l'EUMP] 4128 et 4511. Notre ambassadeur au Vatican a été convoqué. Le Vatican est tout à fait solidaire avec la position exprimée par l'évêque catholique Stanislav Chirokoradiouk à ce propos », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

    Eglise endommagée dans le Donbass
    © Sputnik. Sergey Averin
    Stanislav Chirokoradiouk, évêque du diocèse de Kharkov et de Zaporojié de l'Église catholique romaine en Ukraine, s'est montré critique envers ces projets de loi.

    Le Parlement de Kiev a tenté jeudi de faire passer deux lois dont l'une accorde un statut spécial à toute église se rattachant à un « État agresseur », ce qui constitue une allusion claire à la Russie et la seule église orthodoxe restante attachée à Moscou en Ukraine. Les organisations religieuses dont les centres d'administration sont basés dans un tel « État agresseur » ne pourront nommer des métropolies et des évêques qu'avec l'aval des autorités ukrainiennes.

    La seconde loi donne aux paroissiens le droit de changer la juridiction des communautés religieuses. L'EUMP considère ces documents comme répressifs et craignent qu'ils légaliseront une prise de contrôle hostile des églises.

    Le Kremlin juge inacceptable toute action violant les intérêts de l'Église orthodoxe russe en Ukraine.

    Auto-administrée, mais non autocéphale (comme son homonyme relevant du patriarcat de Kiev), l'Église orthodoxe d'Ukraine se rattache au Patriarcat de Moscou et de toute la Russie. Elle compte 40 diocèses et deux « concurrentes », son homonyme et l'Église orthodoxe autocéphale ukrainienne. L'EUMP se plaint souvent d'être réprimée par des représentants l'Église orthodoxe du patriarcat de Kiev. Des églises orthodoxes d'orientation « moscovite » se disent assaillies par cette institution. L'EUMP a ainsi perdu 40 églises entre 2014 et 2016.
    Cette tendance agressive se fait surtout sentir depuis le coup d'État survenu en Ukraine en février 2014.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le rapprochement entre le Patriarche et le Pape dans le collimateur de la propagande US
    Parlement européen: la russophobie à son comble!
    Sanctions de Kiev: un «effet dissuasif» sur les journalistes tant russes qu'ukrainiens
    Porochenko a oublié de fermer ses comptes dans les réseaux sociaux qu’il a interdits
    Tags:
    religion, Eglise orthodoxe russe, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik