Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants subsahariens

    «Les Africains ont un devoir impératif de faire face à leur avenir»

    © AFP 2019 Mahmud Turkia
    International
    URL courte
    782
    S'abonner

    À l'occasion du 50e anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), renommée depuis Union africaine (US), Sputnik s'est entretenu avec l'ambassadeur guinéen à Moscou Mohamed Keita.

    Comment les pays africains répondent aux défis sociaux et environnementaux d'aujourd'hui? L'ambassadeur de la République de Guinée en Russie, Mohamed Keita, a accepté de répondre aux questions de l'agence Sputnik.

    Selon le diplomate, le continent africain a besoin d'unité face aux problèmes économiques, aux maladies, ainsi qu'aux problèmes des refugiés qui continuent de l'affecter. Les Africains ont « un devoir impératif de faire face à leur avenir » au lieu de blâmer leur passé colonial, estime-t-il.

    « On ne peut pas toujours continuer à accuser la colonisation, parce que nous sommes libres depuis pas mal d'années. Bien sûr, la colonisation a été un crime contre l'humanité, avec le commerce triangulaire des esclaves et le pillage de nos richesses […]. Mais les Africains doivent se donner la main les uns aux autres et faire face aux problèmes récurrents. Nous sommes "majeurs" et devons régler nos problèmes nous-mêmes », indique M. Keita.

    Pour assurer son avenir, l'Afrique a besoin notamment « [d'endiguer, ndlr] la fuite des cerveaux, de la force, des ressources humaines », poursuit-il. « Pour éviter que des milliers d'enfants se jettent à la mer à la recherche d'un avenir meilleur dans les pays européens. C'est aux Africains à s'organiser et à faire en sorte que l'Afrique ne soit pas vidée de sa jeunesse », explique le diplomate.

    Il tient à rappeler que, selon les statistiques, dans 35 ans, 40 % de la jeunesse mondiale vivra sur le continent africain.

    « C'est un moyen de développement, mais également c'est un fléau qui peut être dangereux si nous n'arrivons pas à former et à cadrer cette jeunesse. Si on ne s'en occupe pas, cela peut être un danger et ça peut ternir la relation entre l'Europe et l'Afrique », souligne l'interlocuteur de l'agence.

    Toujours d'après M. Keita, la République de Guinée est parvenue à réduire le nombre de jeunes désireux de quitter le pays grâce notamment à la création du ministère de la Jeunesse.

    « C'est pourquoi, vous voyez qu'il y a moins de jeunes Guinéens qui se lancent à la mer par rapport à d'autres pays », conclut l'ambassadeur.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Le Maroc réintègre (enfin) l'Union africaine
    Des centaines de manifestants en Afrique du Sud exigent le départ des étrangers
    La Chine mise sur la «diplomatie ferroviaire» en Afrique
    Tags:
    maladies, colonialisme, emploi, migrants, jeunesse, Organisation de l'unité africaine (OUA), Mohamed Keita, Guinée-Conakry, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik