International
URL courte
464
S'abonner

Cristiano Ronaldo, le sportif le mieux payé au monde selon le classement Forbes, qui risque d’encourir une peine de prison pour avoir dissimulé une partie de ses revenus aux impôts a préféré débourser.

L'attaquant portugais du Real Madrid a payé volontairement 6 millions d'euros de dette fiscale, communique Marca, qui précise que l'administration fiscale exige un paiement total beaucoup plus important, car la somme qui aurait échappée à l'imposition ne serait pas de 8 millions d'euros, comme annoncé précédemment, mais de 15.

Soupçonné d'avoir dissimulé une partie de l'argent généré par ses droits d'image entre 2011 et 2014, CR7 pourrait être condamné à une amende et à une peine de prison de quatre ans.

Selon Marca, bien qu'il n'ait pas reçu de notification officielle du dossier ouvert par le Trésor, Cristiano Ronaldo a déjà payé volontairement 6 millions d'euros pour régulariser la situation.

Pour l'instant, M. Ronaldo ne fait l'objet d'aucune enquête de l'Office des délits fiscaux, mais ses différents contrats sont analysés depuis décembre 2015, avant même la publication des Football Leaks accusant le Portugais d'avoir utilisé des sociétés offshore dans les paradis fiscaux et d'avoir dissimulé des revenus à hauteur de 150 millions d'euros.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Cristiano Ronaldo, disponible en «location» pour quelques… euros
Ronaldo marque l'incroyable total de 101 buts en C1
C’est officiel: l’aéroport de Madère est renommé «Cristiano Ronaldo»
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Tags:
Cristiano Ronaldo (CR7), fraude fiscale, dette, fisc, Real Madrid, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik